Perquisition à La France insoumise : des dirigeants du parti, dont Jean-Luc Mélenchon, visés par une enquête pour "abus de confiance"

franceinfo avec AFP

Une enquête préliminaire a été ouverte le 14 mai pour "abus de confiance" visant "plusieurs dirigeants de l'association La France insoumise", a annoncé mardi 30 juin le parquet de Paris, confirmant une information du Canard enchaîné. L'enquête, confiée à la Brigade financière, vise à vérifier les "conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés" en décembre 2019 dans l'affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI au mois d'octobre 2018.

Dans cette affaire, le leader de La France insoumise avait été jugé coupable, en décembre 2019, d'"actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation". Il avait été condamné à trois mois de prison avec sursis assortis d'une amende 8 000 euros.

"Une instrumentalisation", selon le leader de LFI


Se disant "estomaqué", Jean-Luc Mélenchon répond mardi sur son blog que "les dommages et intérêts relèvent du civil" et "peuvent donc être réglés par un tiers", en l'occurrence le mouvement LFI. Il dénonce "une nouvelle instrumentalisation de la justice (…) motivée pour alimenter des articles visant à nous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi