Perpignan: des manifestants soutiennent un projet de lycée catalan, bloqué par la mairie RN

Des manifestants brandissent des drapeaux catalans et tiennent des bannières de l'association catalane La Bressola lors d'un rassemblement contre le projet de la mairie d'acquérir le Couvent Sainte-Claire à Perpignan, dans le sud de la France, le 23 octobre 2021.  - RAYMOND ROIG / AFP
Des manifestants brandissent des drapeaux catalans et tiennent des bannières de l'association catalane La Bressola lors d'un rassemblement contre le projet de la mairie d'acquérir le Couvent Sainte-Claire à Perpignan, dans le sud de la France, le 23 octobre 2021. - RAYMOND ROIG / AFP

Un millier de personnes selon la police (3000 selon les organisateurs) ont manifesté samedi à Perpignan pour soutenir un projet visant à implanter dans un ancien couvent de la ville un collège-lycée d'enseignement en catalan, bloqué par la mairie RN de Perpignan.

"Avui i dema, l'escola en catala (Aujourd'hui et demain, l'école en catalan, Ndlr), ont scandé les manifestants en se dirigeant vers la mairie dont l'accès était bloqué. De nombreux enfants ont participé au cortège dont plusieurs portaient à bout de bras des pancartes proclamant également en langue régionale, "nous voulons un lycée" ou "un lycée en catalan".

"Un millier d'enfants" concernés

Le conflit, qui oppose les familles partisanes d'un enseignement immersif en catalan au maire RN Louis Aliot, a éclaté lorsque la municipalité à décidé dernièrement de préempter l'ancien couvent Sainte-Clair dans lequel l'école La Bressola voulait ouvrir trois classes à la rentrée 2022.

"Nous sommes là pour demander à Louis Aliot d'annuler cette préemption", a déclaré Eva Bertana, la directrice de La Bressola, regrettant une baisse de subvention de la mairie pour sa structure.

"Nous voulons également demander aux institutions de nous aider à créer un collège et un lycée en catalan à Perpignan, comme cela existe pour les autres langues", a ajouté Eva Bertana affirmant que ce projet concernait "près d'un millier d'enfants scolarisés qui veulent continuer à apprendre en catalan".

"La Bressola fait de la politique, ce que dans cette affaire je ne fais pas. La mairie est intéressée par ce site (du couvent Saint-Clair, Ndlr) depuis plusieurs années déjà. Les règles d'urbanisme sont en la matière, surtout pour une école, contraignantes", a déclaré Louis Aliot, faisant allusion au fait que l'ancien bâtiment des Clarisses se situe en zone inondable.

Le maire RN évoque "une opération politicienne menée par des partis catalanistes": "Nous étions déjà en discussion sur d'autres sites" pour ce nouvel établissement, affirme-t-il soulignant que sa municipalité "accompagne depuis le début cette école privée".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles