Perpignan : l'homme de 300 kilos toujours coincé chez lui, il lance un appel à Gérald Darmanin

·2 min de lecture
Bloqué chez lui en raison de son surpoids, il appelle de nouveau à l'aide
Bloqué chez lui en raison de son surpoids, il appelle de nouveau à l'aide

Dans l’attente d’une évacuation qui avait été programmée pour le mois de septembre, un habitant de Perpignan âgé de 52 ans et pesant près de 300 kilos a décidé avec son avocat d’en appeler aux plus hautes instances de l’Etat.

Invivable, la situation continue pourtant de se prolonger au-delà du raisonnable. Depuis plusieurs mois, Alain, un homme âgé de 52 ans souffrant d’obésité morbide, est bloqué dans son appartement de Perpignan en raison de son surpoids qui l’empêche de pouvoir franchir la porte et tout simplement de se déplacer.

Il y a quelques mois, Alain et son frère Jean-Claude, qui vit avec lui, avaient donc lancé un appel à l’aide via la presse locale, dans l’espoir d’être évacué dans une structure adaptée à sa pathologie. À la suite de cette campagne médiatique, les deux frères avaient réussi à signer un protocole d’évacuation rapide avec la préfecture, avec en point de mire le mois de septembre.

“Je pense qu'il y a un problème d'autorité de l'État”

À la fin du mois d’octobre, pourtant, l’évacuation n’a toujours pas été réalisée et Alain désespère d’avoir des nouvelles des autorités locales et nationales, comme le rapporte le Midi Libre. Dénonçant “un abandon de l'État vis-à-vis de son client qui vit dans un logement en très mauvais état”, son avocat a donc décidé de passer à la vitesse supérieure et d’en appeler au ministre de l’Intérieur.

Dans un courrier adressé à Gérald Darmanin envoyé le 22 octobre, l’avocat d’Alain réitère donc la demande de son client, apparemment freinée jusqu’ici par des atermoiements structurels, et menace de porter plainte pour non-assistance à personne en danger. “Je suis absolument effondré par l'efficacité des services de l'État, s’indigne ainsi Maître Jean Codognès. Je pense qu'il y a un problème d'autorité de l'État qui n'est pas capable d'exiger du CHU de Montpellier ou de Toulouse que cet homme soit secouru.”