Perpignan : après une plaisanterie mal interprétée, la justice prive un couple de son enfant

·1 min de lecture

Après la plaisanterie d'une mère sur la beauté de son bébé qui pourrait la pousser à le vendre, vendredi dernier à Perpignan, les parents de l'enfant ont été jugés lundi et n'ont pas encore pu le récupérer.

Depuis six jours, un couple est privé de son enfant par la justice pour une plaisanterie mal interprétée, comme le rapportent le site de France 3 Occitanie et le quotidien L'Indépendant.

Vendredi dernier, les deux jeunes parents, issus de la communauté des gens du voyage, se sont rendus de Valenciennes (Nord) à Perpignan (Pyrénées-Orientales) pour un mariage. Dans la rue, la mère a discuté avec une connaissance et a vanté la beauté de son enfant: "Elle est belle ma fille, je vous la vends! Mais attention, elle n'a pas de prix". 

Une "plaisanterie potache", selon l'avocat du couple Me Matthieu Vouchet, mais qui a été prise sérieusement par l'interlocuteur de la mère. Après un appel de cette dernière, la police municipale a été prévenue et a mis le couple en garde à vue. Un juge a ensuite formulé une ordonnance de placement provisoire pour le bébé de quatre mois, envoyé dans une pouponnière.

Les deux parents relaxés

Jugés en comparution immédiate lundi, les deux parents ont finalement été relaxés. Le ministère public avait requis six mois de prison avec sursis. Mais ils n'ont pas encore pu récupérer leur enfant, en raison de l'ordonnance de placement provisoire formulée par la justice. Ils devaient être entendus ce jeudi après-midi dans le cadre de cette deuxième procédure pour savoir si leur bébé pourra, ou non, leur être restitué.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles