"Ce qui m'a permis de continuer, ce sont de petites missions": les jeunes artistes ont fait les frais de la crise sanitaire mais restent optimistes

Anne Chépeau
·1 min de lecture

La crise sanitaire du Covid-19 a mis à l'arrêt le secteur de la culture depuis un an, mais il semble qu'il en faille davantage pour déprimer les jeunes artistes fraîchement diplômés d'écoles d'art. Cent-cinquante d'entre-eux présentent actuellement leur travail dans l’exposition "100% Sorties d’écoles" à Paris, à la Villette. L'une des trois artistes que franceinfo a rencontrés, Inès Segond Chemaï diplômée en motion design en 2018 à l’École de l’image des Gobelins, est celle qui a le plus ressenti la crise. Sa carrière avait plutôt bien démarré en 2019, avec notamment des réalisations pour les festivals de musique "We love green" et "Peacock Society". Mais le Covid-19 a mis un frein aux projets dans le secteur de la musique et de l’événementiel.

"Les plus gros projets n'ont pas pu se faire"

"On a l'exemple de deux ou trois projets qui, effectivement, ont été évoqués et arrêtés assez rapidement, indique-t-elle. Les plus gros projets n'ont pas pu se faire et ce qui m'a permis de continuer, ce sont de petites missions, sur une semaine maximum environ." Jeune auto entrepreneuse, Inès a vu son chiffre d’affaires chuter de 85% certains mois mais elle s’estime chanceuse car l’activité même ralentie s’est poursuivie dans la création numérique. Pour elle, le plus difficile est de garder l’inspiration, alors que la culture est à l’arrêt : "J'en ai fait un petit peu les frais il n'y a pas très longtemps : manquer d'inspiration pour mes projets ou mes commandes..."

"Tout se complique (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi