Permis de conduire : cet autre effet pervers du paiement obligatoire de 100 euros sur le CPF

Le paiement de 100 euros imposé sur le CPF ne risque pas seulement de décourager les Français - notamment les plus précaires - de se former. Les auto-écoles craignent aussi que ce ticket modérateur, appliqué depuis le 2 mai sur le compte personnel de formation, ait un autre effet négatif à plus moyen terme. «Il y a eu un afflux d’inscriptions au permis de conduire juste avant la mise en place du reste à charge. Sur le seul mois de mars, nous avons réalisé l’équivalent de deux mois d’activité normale», signale Benoît Storelli, le directeur général de Stych, une auto-école proposant une formation au permis de conduire alliant e-learning et présentiel.

Et depuis l’instauration du paiement obligatoire de 100 euros, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, les demandes de financement du permis auto avec le CPF n’ont pas nettement baissé, loin de là. «Depuis le 2 mai, nous sommes revenus à un niveau d’activité normal, comme s’il n’y avait pas de ticket modérateur, signale Benoît Storelli. Car le permis de conduire est un véritable sésame d’employabilité et reste donc un acte d’achat contraint pour les Français souhaitant s’insérer ou se maintenir sur le marché du travail.» D’après des données transmises à Capital par la Direction générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), une administration centrale rattachée au ministère du Travail, le permis auto (B) reste en effet la formation la plus financée via le CPF à fin mai, devant le permis moto (A2), le bilan de compétences, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

C’est la fin des barrières de péage sur l’A13 : comment puis-je payer l’autoroute ?
Combien coûtera la voiture 100% électrique de Ferrari ?
Péages : des trajets plus simples sur certaines autoroutes quand vous payez… chez votre buraliste
Bugatti sort son modèle hybride à près de 4 millions d'euros !
Contrôle technique des deux-roues : quel bilan de cette obligation qui fâchait les motards ?