"On a perdu nos morts": le désarroi des familles sans cimetière après les crues

Claudine RENAUD
·4 min de lecture
Vue aérienne de Saint-Martin-Vésubie le 3 octobre 2020 au lendemain de crues dévastatrices

"On a perdu nos morts": le désarroi des familles sans cimetière après les crues

Vue aérienne de Saint-Martin-Vésubie le 3 octobre 2020 au lendemain de crues dévastatrices

"On a perdu nos morts": à Saint-Martin-Vésubie, près de Nice, les crues dévastatrices début octobre ont détruit un pan entier du cimetière, laissant un vide béant. Une perte irréparable pour les familles en proie aux questions et au désarroi avant la Toussaint.

"Que le cimetière soit parti, ça déstabilise... Ca choque quand même", confie à l'AFP Brigitte Martini, 63 ans, chargée de l'accueil des sinistrés. La catastrophe a fait sept morts, une dizaine de disparus et détruit un autre cimetière à Saint-Dalmas-de-Tende, près de Menton.  

Régulièrement, elle allait se recueillir sur la tombe de son père et sur celle de son fils mort prématurément dans un accident de moto à 22 ans: "Je savais qu'ils étaient là tandis que maintenant je ne sais plus où ils sont. Je me les représente chavirés, transbahutés, brutalisés par l'eau, c'est une image de tourmente pour eux aussi, même morts". 

Elle n'a pas osé solliciter la mairie, ni en parler à sa mère de 83 ans avant que la Toussaint ne l'y oblige. Dans ce village de tradition catholique, il est de coutume qu'il y ait une bénédiction des tombes et une visite au cimetière: "Je l'ai appelée pour lui dire qu'on n'irait pas, c'est là qu'elle a pris conscience" de ce qui s'est passé.

Sur quelque 80 caveaux construits dans les années 1980 en contrebas du vieux cimetière trop petit, seuls sept ou huit ont résisté. La porte du nouveau cimetière ouvre désormais sur un précipice. L'eau a tout raviné, tout emporté et un arbre déraciné git au milieu des rochers dans la rivière Boréon dont le lit s'est monstrueusement élargi.

- "On a perdu nos morts" -

Pour la première fois dimanche, un temps de prière sera réservé au cimetière emporté par les flots et une gerbe déposée par les élus et l'évêque. "Certains ont perdu leur maison, nous, on a perdu nos morts. Il faut absolument qu'il y ait une plaque", estime Christian Einaudi, 74 ans. 

"On peut peut-être moins en parler, par décence vis-à-vis de ceux qui ont perdu des personnes ou leur maison mais c'est traumatisant", confie une autre habitante, qui vit avec sa mère de 86 ans et décrit, bouleversée, comment l'orage a tout fait trembler le 2 octobre. Ses voisins n'ont toujours pas pu réintégrer leur maison.

Par discrétion dans un village où chacun se connaît, elle préfère rester anonyme et ne pas étaler sa peine. D'une chemise à rabat, elle sort le papier de la concession perpétuelle qui avait permis de réunir le frère de son père, sa grand-mère, son grand-père puis d'y enterrer son propre père en 2017: "J'y allais très souvent, et bon, maintenant toute la famille est partie... et on ne sait pas ce qui va se passer pour la suite".

"Le projet est de reconstruire, mais c'est encore un projet", admet le maire Ivan Mottet. L'idée de faire une plaque souvenir en marbre fait son chemin mais il a géré d'autres urgences en un mois.

- "Où l'enterrer ?" -

"Les pompiers continuent de retrouver des ossements. On les recueille à l'hôpital, puis c'est descendu à Nice à l'hôpital pour les analyses ADN. On ne pourra pas dire +c'est votre papa ou c'est votre maman+ mais l'ADN prouvera si c'est votre famille", dit-il.

Nora Kelloud, 63 ans, est l'une des rares dont le défunt père a pu être retrouvé rapidement, grâce au cercueil de plomb dans lequel il avait dû être inhumé en raison de l'état de la dépouille. L'ancien douanier de montagne avait été renversé par une voiture.

"On a retrouvé +papi+ mais qu'est-ce qu'on fait maintenant?", dit-elle. "On a le permis d'inhumer mais où l'enterrer? Il faut que mon père repose en paix, le temps nous est compté, ma mère a 91 ans, et là, il est dans un tiroir dans un frigo" à l'institut médico-légal de l'hôpital Pasteur à Nice. 

"C'est vrai qu'il y a tellement de priorités qu'on ne sait plus par où commencer, reloger les gens, reconstruire les ponts, les routes mais ça va rapidement devenir une urgence".

clr/iw/sp