"On a perdu tous les bourgeons" : en Gironde, l'impact "terrible" du gel sur les vignobles

·1 min de lecture

A Pondaurat, en Gironde, le château des Antonins et ses 30 hectares de vignes n'ont pas échappé à l'épisode exceptionnel de gel qui a touché une très grande partie des vignobles français ces derniers jours. Au bout des rangs, les traces noires de la paille qu'on a fait brûler pendant deux nuits glaciales pour tenter de contrer le froid sont encore visibles. Ces feux ont été vains : le domaine a été entièrement touché. "Ça c'est touché, ça c'est touché, ça c'est cuit", constate, dépité, le vigneron Antoine de Roquefeuil au micro d'Europe 1 en passant dans les rangs.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

"Un coup au moral terrible"

Les traits tirés, il repense à ce "soleil qui était très persistant dès 8 heures" le matin, après les gelées, et qui a entraîné "un noircissement rapide des parties touchées"." On a eu des températures allant jusqu'à -6°C", raconte-t-il. L'aide d'habitants de son village pour brûler entre 150 et 180 boules de paille et de foin n'y a rien fait. "On a perdu tout ce qui était sorti" en bourgeons, lâche Antoine de Roquefeuil.

"L'impact est terrible sur les vignobles de Bordeaux", observe Bernard Farges, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, samedi sur Europe 1. Celui-ci évoque "un coup au moral terrible", dans un contexte déjà compliqué par la crise économique et la fermeture des restaurants, pour lequel il est encore "difficile de donner des chiffres". "Et derrière un chiffre global, il existe des ...


Lire la suite sur Europe1