Sherlock Holmes revient en force

Sherlock

est de retour ! C'est mercredi 21 mars que France 4 lancera la deuxième saison inédite de ce blockbuster télé (8,8 millions d'Anglais devant le premier de ces trois nouveaux épisodes, en janvier dernier !) avec Benedict Cumberbatch dans le rôle de Sherlock Holmes.

Mais le détective de Baker Street était-il vraiment « parti » ? Alors que le cinéma continue à adapter ses exploits (tout dernièrement avec Robert Downey Jr.), les séries télé ont elles aussi fait perdurer le personnage, non seulement par son nom mais aussi par son esprit. L'ombre de Sherlock Holmes plane effectivement sur énormément de séries contemporaines, sans trop que l'on s'en rende compte.

La série britannique Sherlock, créée par Mark Gatiss et Steven Moffat, propose une vision contemporaine du mythique personnage créé par Arthur Conan Doyle. Dans ces trois nouveaux épisodes, le duo Holmes/Watson est dorénavant solidement formé. Le Docteur Watson se charge maintenant de gérer la carrière de Holmes via un blog sur lequel il parle de ses enquêtes. Si Holmes apparait souvent comme froid, calculateur et uniquement motivé par la complexité d'une enquête et l'analyse des théories qui l'entourent, il va vivre une passion avec « la Femme » dès le premier téléfilm (« Un Scandale à Buckingham »).

De plus, Jim Moriarty, qui dans cette version est un « consultant pour criminels », sera le fil rouge de ces nouvelles histoires. Totalement psychopathe et diaboliquement machiavélique, il domine la saison. Bien sûr, le sel de cette version modernisée est de continuer à voir Sherlock et Watson utiliser le net, les SMS et tous les moyens technologiques actuels pour percer le mystère.

Si cette version de Sherlock Holmes surprend par son audace, son luxe de moyens et sa subtilité, elle n'est évidemment pas la seule. En mettant de côté les innombrables adaptations cinéma (entre autres avec Basil Rathbone), la télévision a sans cesse mis en scène le détective. Côté téléfilms, Matt Frewer (qui fut Max Headroom dans une autre vie) a tenu le rôle au début des années 2000 ; Patrick MacNee (alias John Steed dans Chapeau melon et bottes de cuir) a lui aussi joué les Sherlock ponctuels, tout comme Dracula lui-même (Christopher Lee !), mais aussi Roger Moore, Leonard Nimoy, Larry Hagman, Christopher Plummer…

Dans le cas des séries télé régulières basées sur Sherlock Holmes, on dénombre Peter Cushing parmi leurs interprètes, dans une série de 1968, et surtout le regretté Jeremy Brett qui incarna Holmes à partir des années 80 dans plusieurs séries successives (Les aventures de Sherlock Holmes, Le Retour…, Les Archives…). Ces adaptations des romans d'Arthur Conan Doyle sont extrêmement fidèles, tournées avec un soin absolu et resteront connues comme les meilleures versions télé (voir plus…) jamais produites. Après un tel succès, il était difficile, voire impossible de tenter mieux. L'idée de Gatiss et Moffat semble bel et bien un moyen frais et innovant de redonner des couleurs à une légende qui semblait être vidée de toute originalité.

Mais si j'affirme que le personnage de Holmes ne nous a jamais vraiment quittés, c'est parce que son influence se ressent dans énormément de séries qui, sans porter son nom et sans même montrer ses exploits, sont totalement inspirées de son style.

Clairement, les créateurs de Dr House se réclament de Sherlock Holmes. Non seulement parce que le Docteur traque des meurtriers microscopiques (qui sont des virus ou des bactéries), mais aussi parce que sa personnalité ressemble de très près à celle du personnage de Doyle : accro à une drogue, obsédé par ses enquêtes, motivé uniquement par le défi, limite asocial, et affublé d'un comparse. N'avez-vous jamais fait le rapport entre le Dr James Wilson et le Dr John Watson ?

Encore plus clairement, Les Experts (c'est à dire LA série qui a lancé toute la mode des séries policières scientifiques), avec le personnage de Gil Grissom, reprend elle aussi tous les codes de Sherlock Holmes : les indices, la réflexion, la déduction et l'enquêteur à la limite de l'asocial… À ses tous débuts, la série était d'ailleurs annoncée comme « Les Sherlock Holmes de l'an 2000 ». Par ricochet, tous les NCIS, FBI Portés disparus, Cold Case et même Bones et autres séries de criminologie scientifique sont, elles aussi, des versions modernes de Sherlock Holmes.

Attirés par le succès de la britannique Sherlock, les Américains tournent actuellement le pilote d'un nouveau projet de série, baptisé Elementary. Comme par hasard, il s'agit d'une version contemporaine de Sherlock Holmes ! Le détective vit maintenant à New York. Johnny Lee Miller (vu dans la cinquième saison de Dexter) interprétera le rôle-titre tandis que Lucy Liu (Ally Mc Beal, Charlie et ses drôles de dames) sera une Watson au féminin. La BBC, productrice de la version anglaise, espère bien qu'il n'y aura aucune similitude avec les gimmicks et autres inventions de leur version…

Si Sherlock Holmes appartient à tout le monde, chacun un apporte son style !

Alain Carrazé, directeur de 8 Art City

Crédit photo : © BBC/Hartswood Films

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles