Publicité

Pénurie : pourquoi l’eau gazeuse manque dans les rayons des supermarchés ?

Pénurie : pourquoi l’eau gazeuse manque dans les rayons des supermarchés ? (Crédit : REUTERS/Eric Thayer)

L'eau gazeuse vient s'ajouter à la longue liste des produits alimentaires frappés par la pénurie.

Coup dur pour les amateurs de Badoit, Perrier et Sanpellegrino. Après l’huile, la moutarde et de nombreux autres aliments, l’eau gazeuse se fait plus rare dans les rayons de nos supermarchés depuis plusieurs mois déjà. Selon le cabinet Nielsen, l’eau gazeuse figure parmi les produits les plus touchés par les ruptures de stock (+11%) aujourd’hui en France devant les œufs (+9,7%), l’alimentation animale (+6,8%) et la crème fraîche (5,4%). À en croire le panéliste, aucune région n’est épargnée par le manque de bulles.

Moins d’eau gazeuse à cause de la guerre en Ukraine

Comme souvent lorsque l’on parle de pénurie alimentaire, la guerre en Ukraine n’est jamais très loin. En effet, les eaux pétillantes contiennent du gaz. Celui-ci est soit naturel ou, plus souvent, ajouté dans un deuxième temps en usine. Or, l’obtention du CO2 nécessite de l’engrais. Et devinez quel pays se trouve être l’un des principaux fournisseurs d’engrais au monde ? La Russie. Conséquence : le gaz alimentaire devient plus rare mais aussi plus cher depuis le début de la guerre.

À ce problème, il faut ajouter l’explosion du prix du plastique qui sert à la fabrication des bouteilles et des bouchons. En raison de toutes ces problématiques, Sanpellegrino a ralenti sa production et annoncé la fermeture de son usine située dans la commune de San Pellegrino Terme, près de Bergame, pendant deux jours en novembre dernier.

Déjà confrontés à des ruptures de stocks sur de multiples produits, les Français vont devoir prendre leur mal en patience avant un retour à la normal. Car outre l’eau pétillante, la viande rouge, le riz, les champignons et bien sûr la moutarde — parmi de nombreux autres produits — devraient se faire rare dans les rayons des magasins français au fil des mois.

VIDÉO - Face à la flambée des prix, un "trimestre anti-inflation" et un projet de chèque alimentaire