Pensionnats pour autochtones au Canada: le pape reconnaît un "génocide"

Pensionnats pour autochtones au Canada: le pape reconnaît un "génocide"
Le pape François dans l'avion papal, après un déplacement au Canada, le 30 juillet 2022 - Guglielmo MANGIAPANE / AFP
Le pape François dans l'avion papal, après un déplacement au Canada, le 30 juillet 2022 - Guglielmo MANGIAPANE / AFP

Le pape François a reconnu que le drame des pensionnats pour autochtones au Canada s'assimilait à un "génocide", au retour d'un voyage de six jours lors duquel il a demandé "pardon" à de nombreuses reprises aux populations amérindiennes.

"Je n'ai pas prononcé le mot (durant le voyage) parce que cela ne m'est pas venu à l'esprit, mais j'ai décrit le génocide. Et j'ai présenté mes excuses, demandé pardon pour ce processus qui est un génocide", a déclaré le pape lors d'une conférence de presse dans l'avion le ramenant à Rome.

"Enlever les enfants, changer la culture, changer la mentalité, changer les traditions, changer une race, disons le comme ça, toute une culture", a ajouté le souverain pontife argentin en référence aux pensionnats pour enfants autochtones (Premières Nations, Métis et Inuits) mis en place au Canada entre la fin du XIXe siècle et les années 1990.

"Oui, génocide, c'est un mot technique. Je ne l'ai pas utilisé parce qu'il ne m'est pas venu en tête. Mais j'ai décrit ce qui, c'est vrai, est un génocide", a-t-il insisté.

Tout au long de sa visite, le pape a demandé "pardon" à plusieurs reprises pour le rôle joué par "de nombreux chrétiens" dans ce système mis en place par les gouvernements de l'époque mais majoritairement géré par l'Église catholique.

150.000 enfants enrôlés de force

Quelque 150.000 enfants y ont été enrôlés de force. Nombre d'entre eux ont subi des abus physiques ou sexuels, et des milliers n'en sont jamais revenus, victimes de maladie, de malnutrition ou de négligence.

Interrogé sur la "doctrine de la découverte", les édits papaux du XVe siècle qui autorisaient les puissances européennes à coloniser les terres et les peuples non chrétiens, le pape a jugé "mauvaise" et "injuste" cette "doctrine de la colonisation".

"Cette mentalité selon laquelle nous sommes supérieurs et les indigènes ne comptent pas est grave. Pour cela, nous devons travailler dans ce sens. Revenir en arrière et assainir tout ce qui a été mal fait, mais en ayant conscience qu'aujourd'hui aussi, il existe le même colonialisme", a-t-il répondu.

À Québec puis à Iqaluit, dans l'archipel arctique, des autochtones avaient déployé des pancartes et banderoles lors des rassemblements en présence du pape pour demander de "révoquer" cette doctrine.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles