Pensionnat pour autochtones au Canada : le pape en mission réconciliation

REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Le pape François se rend lundi dans un ancien pensionnat pour autochtones au Canada, où il pourrait renouveler sa demande de pardon pour le rôle joué par l'Eglise pendant plus d'un siècle dans les violences infligées à des milliers d'enfants.

Vers des excuses historiques? Le pape François se rend lundi dans un ancien pensionnat pour autochtones au Canada, où il pourrait renouveler sa demande de pardon pour le rôle joué par l'Eglise pendant plus d'un siècle dans les violences infligées à des milliers d'enfants. Le souverain pontife de 85 ans est arrivé dimanche à Edmonton (Alberta) pour une visite de six jours dans le pays, attendue depuis des années par ces peuples amérindiens regroupant les Premières nations, les Métis et les Inuits.

Au cœur de ce "pèlerinage pénitentiel", le douloureux chapitre des "écoles résidentielles" pour enfants autochtones, un système d'assimilation culturelle qui a fait au moins 6.000 morts entre la fin du XIXe siècle et les années 1990 et créé un traumatisme sur plusieurs générations. Le gouvernement canadien, qui a versé des milliards de dollars en réparation à d'anciens élèves, s'est officiellement excusé il y a 14 ans pour avoir créé ces écoles mises sur pied pour "tuer l'indien dans le cœur de l'enfant". Et l'Eglise anglicane avait ensuite fait de même. Mais l'Eglise catholique, en charge de plus de 60% de ces pensionnats, a toujours refusé de le faire jusqu'ici.

En avril, tout a changé avec les excuses du pape François qui avait promis de venir au Canada. Des milliers d'autochtones attendent maintenant des excuses sur leurs terres. François se rendra à 10H00 (16H00 GMT) à Maskwacis, une réserve autochtone à une centaine de km au sud d'Edmonton, où se trouve l'ancien pensionnat d'Ermineskin, l'un des plus grands du Canada, ouvert de 1895 à 1975. Après une prière silencieuse dans le cimetière, il prononcera son premier discours, en espagnol, devant des milliers de personnes, dont d'anciens élèves de pensionnats. Une aide(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles