Que pensent les Turcs de la crise entre Paris et Ankara ? "Ça crée des tensions inutiles"

·1 min de lecture

En Turquie, Recep Tayyip Erdogan poursuit ses provocations face à la France et Emmanuel Macron. Lundi, après l'appel au boycott des produits français, il a comparé la situation des musulmans en Europe à celle des juifs avant la Shoah. Le président turc s’engouffre dans la brèche du retour des caricatures de Mahomet, un prétexte pour semer la division en Europe. Au niveau national, Erdogan veut se poser en défenseur de l'islam auprès des pays voisins.

>> ENQUETEL'appel au boycott des produits français peut-il avoir des conséquences sur l'économie ?

L'exploitation de cette thématique n'est pas nouvelle chez Recep Tayyip Erdogan. Mais Marie, une jeune Franco-Turque rencontrée par Europe 1 à Istanbul, désapprouve la méthode du président turc. "Ça me fait de la peine que le président de la République de la Turquie, un pays que j'aime, puisse avoir des idées comme ça", regrette-t-elle, affirmant cependant "le comprendre, parce qu'il se sent peut-être attaqué".

Une base remobilisée

Lorsqu'Erdogan est arrivé au pouvoir, poursuit la jeune femme, "toute la communauté internationale savait que c'était une personne qui avait des idées religieuses". Pour elle, la passe d'armes actuelle "est vraiment dommage, parce que ça crée des tensions entre les deux peuples, mais des tensions inutiles". 

Selon Marie, les invectives de Recep Tayyip Erdogan ne choqueront pas son électorat. Au contraire, le président turc l'a bien compris : avec ses provocations, il remobilise sa base, sensible a...


Lire la suite sur Europe1