"Je pense à ce qui est arrivé à Samuel Paty" : les noms de deux professeurs accusés d'islamophobie placardés à l'entrée de l'IEP de Grenoble

franceinfo
·1 min de lecture

Les noms de deux professeurs, accusés d'islamophobie, ont été placardés sur les murs de l'entrée de l'Institut d'études politiques (IEP) de Grenoble, rapporte samedi 6 mars France Bleu Isère. Le procureur de la République a ouvert une enquête.

Les deux enseignants de Sciences Po Grenoble sont accusés d'islamophobie par l'Union Syndicale de l'IEP de Grenoble, un syndicat issu de la scission avec l'Unef. Ils ont découvert jeudi 4 mars que leurs noms étaient placardés devant l'entrée de l'école, avec ces mots : "Des fascistes dans nos amphis. Klaus Kinzler et Vincent T. Démission. L'islamophobie tue." Ces affichages ont été retirés immédiatement mais des photos ont circulé sur les réseaux sociaux, repris notamment par l'Unef.

Les accusations ont débuté en décembre dernier

"C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" s'insurge l'un des deux professeurs Karl Kinzler, agrégé d'allemand et qui enseigne la civilisation et la langue allemandes depuis 25 ans à l'IEP de Grenoble. Selon lui, les accusations d'islamophobie à son encontre ont démarré en décembre dernier, après un cours durant lequel il se disait opposé de comparer l'islamophobie au racisme et à l'antisémitisme. France Bleu Isère a pu consulter les échanges de mails qui ont suivi, sans y trouver de propos discrimatoires.

Vincent T, l'autre professeur qui désormais fait cours en distanciel, n'a pas souhaité s'exprimer. En revanche, Klaus Kinzler, lui, dénonce ce qu'il estime être un certain terrorisme intellectuel (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi