Peng Shuai toujours disparue, le tennis féminin pourrait faire une croix sur la Chine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Peng Shuai, ici lors d'un tournoi en 2018, n'a plus fait d'apparition publique depuis qu'elle a accusé un ancien cadre du régime chinois d'agressions sexuelles.  (Photo: Paul Childs via Reuters)
Peng Shuai, ici lors d'un tournoi en 2018, n'a plus fait d'apparition publique depuis qu'elle a accusé un ancien cadre du régime chinois d'agressions sexuelles. (Photo: Paul Childs via Reuters)

CHINE - Cela fait quelques jours que ce n’est plus seulement une affaire sportive. Même le Quai d’Orsay a fait part ce vendredi de sa “préoccupation”. Depuis qu’elle a fait des accusations d’agressions sexuelles visant un ancien haut dirigeant du parti communiste, la joueuse de tennis chinoise Peng Shuai est portée disparue. Et ce n’est pas un mail qui lui a été attribué jeudi 18 novembre par les autorités de son pays qui a rassuré les dirigeants du tennis mondial.

Le président de la WTA, instance qui régit l’organisation du tennis féminin, a fait savoir qu’il envisageait de ne plus organiser de tournoi en Chine si Pékin ne fait pas la lumière sur la disparition de la championne.

“Je ne crois pas du tout que ce soit la vérité. Si elle a été contrainte de l’écrire, si quelqu’un l’a écrit pour elle, nous ne le savons pas [...], mais tant que nous ne lui aurons pas parlé en personne nous ne serons pas rassurés”, a déclaré Steve Simon sur CNN, évoquant l’email en question comme une mise en scène.

“C’est plus important que les affaires”

Espérant que cela puisse avoir un effet, il a donc mis la pression sur la Chine. “Nous sommes tout à fait prêts à retirer nos activités et à faire face à toutes les complications qui en découlent, parce que c’est plus important que les affaires”, a poursuivi le patron du tennis féminin. Avant la pandémie de Covid-19, plusieurs tournois de premier plan se déroulaient sur le sol chinois.

“Je soutiens la déclaration de la WTA”, a de son côté assuré le N.1 mondial Novak Djokovic lors d’une conférence de presse à Turin. “Avoir des tournois sur le sol chinois sans que cette situation ne soit résolue, ce serait un peu étrange. Je comprends pourquoi la WTA a pris cette position”, a ajouté le Serbe.

Peng Shuai, ancienne 14e joueuse mondiale et vainqueur de deux tournois du Grand Chelem en double, a accusé sur les réseaux sociaux l’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli de l’avoir contrainte à une relation sexuelle il y a trois ans, avant d’en faire sa maîtresse. Depuis, la joueuse n’est pas apparue et publiquement et la peur a gagné le monde entier. Les messages de soutien des stars du tennis affluent, mais seule une apparition publique pourrait les rassurer.

À voir également sur Le HuffPost: Cette star de la NBA s’en prend à Xi Jinping, le dirigeant chinois

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles