Penelopegate : condamné en appel, François Fillon se pourvoit en cassation

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© THOMAS COEX / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'ancien Premier ministre François Fillon , condamné lundi en appel à quatre de prison dont un an ferme dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope Fillon , va se pourvoir en cassation, ont annoncé ses avocats dans un communiqué. Penelope Fillon, ainsi que l'ancien suppléant de François Fillon, Marc Joulaud, condamnés respectivement à deux et trois ans de prison avec sursis, vont aussi former des recours devant la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire.

Les sanctions pénales suspendues, pas le paiement des dommages et intérêts

La peine de prison de l'ex-locataire de Matignon entre 2007 et 2012, aujourd'hui âgé de 68 ans, a été assortie de 375.000 euros d'amende et de dix ans d'inéligibilité. Sa femme a été condamnée à deux ans de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende, son ancien suppléant Marc Joulaud à trois ans de prison avec sursis. Des peines d'inéligibilité de deux et cinq ans ont en outre été prononcées à leur encontre. Les trois prévenus ont enfin été condamnés à verser environ 800.000 euros à l'Assemblée nationale, partie civile.

Absents lors du prononcé de la décision, le couple et l'ancien suppléant vont se pourvoir en cassation, ce qui suspend les sanctions pénales. Le paiement des dommages et intérêts, en revanche, n'est pas gelé et pourrait être réclamé immédiatement par la chambre basse du Parlement.

"Des preuves apportées sur le travail de Penelope Fillon"

Si la cour d'appel a blanchi le couple concernant le premier contrat d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles