Penelope Fillon à nouveau chargée par un réquisitoire impitoyable

Depuis le 24 février dernier, les époux Fillon font face à la justice pour des affaires de détournement de fonds publics, pour les présumés emplois fictifs de Penelope Fillon comme assistante parlementaire, ainsi qu'abus de bien sociaux, pour son présumé emploi fictif comme conseillère littéraire à la Revue des Deux Mondes. Des affaires pour lesquelles les deux représentants du Parquet national financier ont demandé des peines de prison, fermes et avec sursis, pour François et Penelope Fillon, ainsi que de lourdes amendes. Et ce, à l'issue d'un réquisitoire impitoyable, qui s'est tenu le 10 mars dernier, et qui n'a pas épargné l'épouse de l'ancien Premier ministre, qui ne supporte par ailleurs plus son prénom depuis que celui-ci est utilisé pour surnommer cette affaire, le PenelopeGate.

Si son époux a été accablé de critiques pour avoir déclaré ses activités d'assistante parlementaire, alors qu'elle "n'est jamais allée à l'Assemblée nationale, n'avait pas d'horaires, d'agenda, d'ordinateur, de bureau ni de téléphone", le parquet a dénoncé qu'il ne percevait pas de réelle contribution de la part de Penelope Fillon, "à moins d'attribuer un caractère professionnel à la moindre de ses activités, comme passer prendre le courrier ou saluer quelqu'un en faisant ses courses", rapporte Midi-Libre. "Ce n'est pas Penelope Fillon qui s'adapte à son contrat, c'est son contrat qui s'adapte à elle", soulignait ainsi Aurélien Létocart, Vice-procureur financier, en prenant pour exemple le contrat

Retrouvez cet article sur GALA

Bruce Willis et Demi Moore : leur fille Rumer “pas parfaite” en sous-vêtements, cette vidéo qui décomplexe
Perdre ses petits kilos en trop rapidement : et si on commençait tout de suite ?
Donald Trump attaqué sur son "obésité morbide" : il riposte
Stone pour la légalisation du cannabis : elle dénonce une hypocrisie
Tiffany Trump évincée de l’héritage de Donald Trump ? Cette vieille interview qui met mal à l’aise