Pendant ce temps, la Russie multiplie les exercices au large du Japon

·2 min de lecture

“Pour beaucoup de Japonais, l’invasion russe de l’Ukraine peut sembler bien lointaine, tant géographiquement que psychologiquement, écrit le Japan Times. Mais pas à Hokkaido [nord], où une série d’événements récents ont éveillé l’inquiétude de la population et lui ont rappelé sa proximité avec la Russie” — laquelle procède à d’importantes manœuvres et déplacements de ses moyens militaires à proximité du territoire japonais.

Îles Kouriles du Sud – cliquez pour agrandir.. Thierry Gauthé / Courrier international
Îles Kouriles du Sud – cliquez pour agrandir.. Thierry Gauthé / Courrier international

Depuis l’est de la grande île de Hokkaido, en effet, on peut voir les quatre îles Kouriles du sud, appelées Territoires du nord par le Japon. Occupées par la Russie depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, elles sont revendiquées par Tokyo et aucun traité de paix n’a été signé depuis entre les deux pays. Des pourparlers étaient en cours pour en régler le sort, mais ils ont été abandonnés le 21 mars dernier par la Russie, en réponse aux sanctions japonaises dénonçant l’invasion de l’Ukraine.

Dans ce contexte tendu, la dernière manœuvre en date a été annoncée jeudi 14 avril par le ministère russe de la Défense. Il a indiqué que deux de ses sous-marins avaient procédé au lancement de missiles de croisière Kalibr en mer du Japon (à l’ouest du pays) dans le cadre d’un exercice, “sans en préciser la date ni la localisation exacte”, rapporte le Japan Times dans un autre article. Le ministère a cependant ajouté qu’une quinzaine d’autres bâtiments et des avions de chasse avaient participé à l’opération.

Les missiles, qui auraient “atteint la cible, qui imitait un vaisseau ennemi”, sont “du même type que ceux employés en Ukraine”, poursuit l’article, soulignant qu’il s’agit “du dernier épisode en date d’une série d’exercices militaires de grande ampleur dans la région depuis l’invasion de l’Ukraine.”

Moscou sur plusieurs fronts

La réponse de Tokyo ne s’est pas fait attendre : vendredi 15 avril, le ministre de la Défense Nobuo Kishi a annoncé “un renforcement de la collecte de renseignement et des moyens de surveillance”, sans vouloir donner plus de détails. Pour Kishi, ces démonstrations russes visent à prouver la puissance et les capacités militaires de Moscou “même dans les circonstances actuelles”, c’est-à-dire alors qu’il est déjà aux prises avec la guerre en Ukraine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles