Pendant que vous dormiez. Navalny, Espagne, Grippe aviaire : les informations de la nuit

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

L’opposant russe Navalny condamné en appel et menacé de camp de travail. Le principal adversaire du Kremlin a vu sa peine d’emprisonnement confirmée mais réduite d’un mois et demi, en prenant en compte une période passée par l’homme politique en assignation à résidence. Le 2 février, il avait écopé de deux ans et huit mois d’emprisonnement pour avoir violé les conditions de sa libération conditionnelle, une accusation qu’il réfute. Dans une audience séparée samedi, Alexeï Navalny a été condamné à une amende de 850 000 roubles (environ 9 500 euros) pour avoir “diffamé” un vétéran de la Deuxième guerre mondiale dans l’une de ses vidéos. Il est désormais menacé d’une détention en camp de travail, la porte-parole du palais de justice de Moscou ayant indiqué vendredi que les services pénitentiaires seraient libres, en cas de confirmation de son emprisonnement, de le transférer vers un camp. Lors de sa comparution devant le tribunal samedi, l’opposant russe a “montré un nouveau visage inattendu”, en “invoquant Dieu et en cherchant à démontrer sa foi”, remarque Der Spiegel. Pour de nombreux Russes, “le comportement de Navalny est trop toxique et agressif. D’autres le voient comme l’ennemi des valeurs chrétiennes conservatrices”, rappelle le magazine allemand.

Espagne : nouveaux heurts entre police et manifestants après l’incarcération du rappeur Pablo Hasel. Des affrontements ont opposé samedi soir à Barcelone les forces de l’ordre et des milliers de personnes protestant contre l’emprisonnement de l’artiste catalan, pour la cinquième nuit consécutive. Les manifestants contestent l’arrestation du rappeur, condamné à neuf mois de prison pour des tweets dans lesquels il insultait la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :