Pendant que vous dormiez. Birmanie, Colombie et Rugby : les informations de la nuit

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Birmanie : démonstration de force de l’armée. Les militaires birmans, qui se sont emparés du pouvoir après le coup d’État du 1er février dernier, ont profité de la traditionnelle “Journée des forces armées”, samedi, pour organiser un gigantesque défilé militaire dans la capitale Naypyidaw, alors que la violente répression des manifestations pro démocratie se poursuit. À l’issue du défilé, le général Min Aung Hlaing “a réitéré sa promesse d’organiser des élections, mais sans donner de calendrier”, relève Reuters. Les manifestants pro démocratie ont commencé à se rassembler dès l’aube dans les grandes villes du pays, et la police a immédiatement réprimé les manifestants à Rangoun, avant même qu’ils n’aient commencé à défiler. La répression de l’armée a fait 4 morts vendredi, portant à plus de 320 le nombre de civils décédés dans les manifestations depuis le coup d’État.

Colombie : 13 000 personnes ont dû fuir la violence depuis le début de l’année. Alors que la Colombie est confrontée aux pires affrontements entre groupes armés et forces gouvernementales depuis la signature en 2016 de l’accord de paix entre les autorités et la guérilla des Farc, un rapport des Nations Unies publié vendredi révèle que les violences ont entraîné le déplacement de plus de 13 000 personnes, rapporte Infobae. “La situation dans la région Pacifique est particulièrement préoccupante”, a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, avec des milliers de civils victimes des “feux croisés entre groupes armés illégaux et force

[...] Lire la suite sur Courrier international