Pendant 20 ans, mon épouse m'a fait subir des violences dont je croyais être le responsable

Jean D.
Rear view of a SIngle man praying in suit in front of a window in his bedroom. He is sitting on his bed.

Depuis quelques années, le sujet des violences conjugales subies par les femmes n’est plus tabou. Qu’elles soient physiques ou psychologiques, elles sont aujourd’hui reconnues, et la lutte contre celles-ci est devenue une cause médiatisée et médiatique.

C’est un grand pas en avant.

Il y a cependant un sujet qui est moins mis en avant, parce que statistiquement moins édifiant. Les violences conjugales subies par les hommes.

Les femmes sont les premières victimes de violences conjugales. Les cas d’hommes victimes du même type de violences sont aussi une réalité. Selon Le Monde qui s’appuie sur les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, dans 27% des cas de violences conjugales et 17% des cas mortels, ce sont les hommes qui sont victimes. 

 

Lors de son discours de lancement du Grenelle contre les violences conjugales, Édouard Philippe l’a aussi évoqué au détour d’une phrase. “Nous ne devons pas non plus exclure de nos réflexions les violences conjugales qui pourraient frapper certains hommes, ou exister au sein des couples homosexuels, même si elles restent minoritaires et méconnues”.

 

Voici pourquoi nous avons décidé de publier ce témoignage quand son auteur nous a contactés pour nous raconter son histoire. 

J’en vois déjà qui ricanent, en se disant qu’un homme ne peut pas subir de violences de la part de sa femme, et qu’il peut se défendre.

Contrairement à une femme?

C’est vrai qu’un homme d’1m85 et 90kg est largement de taille à se défendre contre une femme d’1m65.

Oui, techniquement, oui.

D’abord des insultes. Toujours plus dures les unes que les autres.

Tout d’abord, répondre à la violence par la violence, c’est inutile. Parfois, on ne se laisse pas faire, on essaie de se protéger.  Mais lorsque l’on n’est pas violent par nature, on cherche juste à se protéger.  Et d’autre part, les choses viennent insidieusement, on ne voit rien venir.

Pour ma part, cela a commencé quand elle a mesuré combien j’étais bien accroché à elle, épris au...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post