Le Pen saisit la Commission nationale de contrôle de la campagne, après des SMS "injurieux" signés "Macron2022"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La candidate du Rassemblement national s'est insurgée de SMS reçus par certains particuliers incitant à voter Macron en affirmant qu'elle souhaite mettre "fin" à "l'Accord de Paris".

"Dites 'STOP'". Marine Le Pen a demandé ce vendredi à la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l'élection présidentielle (CNCCEP) de saisir l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron. À priori à l'origine d'envois de SMS que la candidate d'extrême droite juge mensongers.
Les SMS litigieux, qui comportent un lien qui renvoie vers le site du candidat Macron, affirment que la candidate du Rassemblement national souhaite la "fin" à l'Accord de Paris.

"La diffusion de cette allégation est parfaitement fausse de telle manière qu'il est nécessaire d'y apporter un correctif immédiat", estiment les avocats de Marine Le Pen dans un courrier envoyé à la CNCCEP. Cette dernière dénonce la propagation de "fake news" sur son projet. "Je respecterai l’accord de Paris et combattrai le charbon", a-t-elle tweeté.

"Transformer l'élection présidentielle en un référendum écologique fondé sur un faux relève d'un élément susceptible d'altérer la sincérité du scrutin et portera atteinte au résultat de l'élection", affirment encore les conseillers de la candidate du RN, en relevant que la diffusion du SMS est, selon eux, "massive".

Outre l'arrêt de la diffusion du message, les équipes de Marine Le Pen ont demandé à la Commission "de rendre un avis circonstancié sur cette manoeuvre pour intervenir auprès des autorités compétentes si cela était nécessaire".

Emmanuel Macron "pas au courant"

Contactée par nos collègue de l'AFP ce vendredi après-midi, l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron n'a pas indiqué si elle était à l'origine de cet envoi. L'expéditeur est toutefois nommé "Macron2022", comme vous pouvez le voir ci-dessous dans une capture tweetée par le député RN du Gard, Nicolas Meizonnet.

Interrogé sur le sujet par nos confrères de l'AFP après son dernier meeting de campagne à Figeac dans le Lot, Emmanuel Macron a dit ne pas être au courant.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Marine Le Pen a perdu le débat mais peut-elle triompher dans les urnes ? On ne peut pas l’écarter mais il faudrait que plusieurs conditions soient remplies"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles