Comment Le Pen et Macron se préparent au débat d'entre-deux-tours

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sparring-partner, archives, répétitions... comment Le Pen et Macron se préparent au débat (Photo: via Associated Press)
Sparring-partner, archives, répétitions... comment Le Pen et Macron se préparent au débat (Photo: via Associated Press)

Cinq ans après le débat spectaculaire du printemps 2017, le président-candidat et la cheffe de file du Rassemblement national fourbissent à nouveau leurs armes.

POLITIQUE - On prend les mêmes et on recommence. Cinq ans après, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent mercredi 20 avril pour un nouveau débat d’entre-deux tours. En 2017, la candidate du Rassemblement national avait sombré. Cette fois, elle dit arriver mieux préparée face à un président sortant qui aura un bilan à défendre.

Organisé quatre jours avant le vote, dans un contexte de campagne déjà tendu, et au moment où l’extrême droite apparaît plus proche du pouvoir qu’elle ne l’a jamais été, ce duel -traditionnel depuis 1974 sous cette forme- peut constituer un tournant. Les différents sondages réalisés ces derniers jours montrent un écart bien moindre entre les deux prétendants que celui d’il y a cinq ans au soir du 7 mai, comme vous pouvez le voir à travers notre compilateur.

Après cette grand-messe, préparée sur TF1 et France 2 et diffusée sur toutes les chaînes d’info en continu, Marine Le Pen et Emmanuel Macron n’auront plus que deux jours pour battre la campagne et convaincre les indécis. En attendant, ils fourbissent leurs armes, chacun à leur manière.

Le Pen s’isole et teste ses coups sur une doublure

La cheffe de file du RN assure avoir tiré les leçons de 2017. Mal préparée et fatiguée après une kyrielle de déplacements, la candidate était apparue agressive et brouillonne, perdue dans ses fiches. Cette fois, elle mène une campagne bien moins rythmée -en “charentaises”, selon les railleries de la Macronie- et n’a pas hésité à vider son agenda à partir de lundi après-midi.

Marine Le Pen prévoit de se retirer dans l’Ouest, dans une maison à la campagne, à l’image d’un boxeur avant un grand combat, pour potasser ses dossiers et s’entraîner. Selon plusieurs médias, la candidate s’isole chez un membre de son équipe avec une dizaine de hauts fonctionnaires et d’énarques qui ont rejoint son giron ces dernières années, “Les Horaces”. L’un d’eux sera même chargé de jouer le rôle d’Emmanuel Macron dans au moins deux “simulations” de débat. Il s’agirait “d’un énarque, sensiblement du même âge” que le chef de l’État, selon les précisions de franceinfo.

Le but: gommer définitivement la prestation de 2017, “ratée” selon les mots de la principale intéressée, qu’elle traîne encore aujourd’hui comme un boulet. Fidèle à sa stratégie de lisser les aspérités de sa personnalité et de son programme, assurément d’extrême droite, la candidate promet une forme de renouveau pour ce duel.

Elle demande même davantage de mesure de la part du camp d’en face. “Ce que je souhaite c’est que ce débat se déroule sereinement. Que ce soit une confrontation d’idées”, a-t-elle lancé aux journalistes, ce lundi 18 avril, dans le Calvados, lors de son dernier déplacement avant sa mise au vert.

Macron fait ouvrir le placard à archives

“J’espère que ce ne sera pas ce que j’entends depuis une semaine, une succession d’invectives, de fake news, d’outrances comme j’ai encore entendu ce matin dans la bouche de monsieur Attal”, a-t-elle ajouté, comme vous pouvez le voir ci-dessous, en référence aux mots du porte-parole du gouvernement sur les accointances entre le RN et la Russie.

En somme, Marine Le Pen exige tout ce à quoi elle et son camp n’ont pas réussi à se tenir il y a cinq ans entre agressivité ou diffusion -voire même création- de “fausses informations.”

De son côté, le président sortant ne sous-estime pas ce rendez-vous “extrêmement serré”, selon son entourage cité par l’AFP. Emmanuel Macron, qui ne jouit plus comme il y a cinq ans du bénéfice de la nouveauté, devrait tenter de mettre en échec son adversaire sur son programme en soulignant les aspects radicaux qu’elle a gommés en campagne, sur l’immigration ou les institutions. Le tout, en essayant de corriger son image trop droitière pour envoyer des signaux à la gauche.

Pour le président-candidat, qui n’a pas attendu le débat pour distiller les messages à l’attention de l’électorat insoumis ou écolo, “l’enjeu est d’être persuasif et convaincant sans prendre un ton trop professoral”, raconte encore son entourage.

Pas de mise en retrait, en revanche, pour préparer les discussions. Le locataire de l’Élysée, entré tard dans la campagne, multiplie les déplacements et ne compte pas s’arrêter. Il présidera d’ailleurs le Conseil des ministres, mercredi, quelques heures avant le débat. “Il doit présider pour protéger et décider. Il ne peut pas aller dans une résidence secondaire pour apprendre par cœur des fiches”, raille un proche dans Le Monde.

Selon BFMTV, Emmanuel Macron consacre malgré tout son lundi de Pâques à la chose. La chaîne cite le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée et Ismaël Emelien, cofondateur d’En marche en 2017, et ex-conseiller au Château, comme autant d’acteurs à la préparation de ce débat. L’équipe du président-candidat, elle, aurait passé les dernières semaines à visionner les anciennes déclarations de Marine Le Pen, sur dix ans, pour trouver les meilleurs angles d’attaque.

À voir également sur Le HuffPost: Ces seniors répondent au “ni-Macron ni-Le Pen” des étudiants

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Si Macron n’a pas une part significative de l’électorat de Mélenchon avec lui, il peut être battu par Marine Le Pen"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles