Avec Le Pen, l’impossible débat

Libération.fr
Lors du débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen le 3 mai.

D’agressions en invectives démagogiques, la candidate d’extrême droite aura plombé l’échange, obligeant souvent Emmanuel Macron, plus précis, à rester sur la défensive.

Il n’y a pas eu de tour de chauffe. Il est 21 heures passées de quelques minutes, mercredi, et l’unique débat de l’entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron vient de commencer. La première a déjà reproché au second son «rictus» et la «froideur du banquier d’affaires [qu’il n’a] probablement jamais cessé d’être» ; le second l’a déjà présentée comme «la véritable héritière de l’extrême droite française, un système qui prospère sur la haine». Premières étincelles d’une opposition qui n’en aura pas manqué : sur le fond, entre deux projets radicalement opposés, peut-être plus que lors d’aucune autre présidentielle ; et sur la forme, dans des échanges semés d’invectives et d’insinuations, qui ont à plusieurs reprises plongé le débat dans la plus grande confusion.


Ton professoral

Dans ce débat tendu, Emmanuel Macron prend rapidement l’avantage. Face à une adversaire dont il connaît l’impulsivité, et dont il a récemment condamné la «grossièreté» en meeting, le candidat d’En marche laisse venir. Laissant Marine Le Pen multiplier les offensives et prendre le risque de l’agressivité et de l’approximation. Et dénonçant quant à lui, à de nombreuses reprises, les «bêtises» de la candidate du Front national. Celle-ci accuse d’abord l’ancien ministre d’avoir favorisé, pour de sombres motifs, la vente de l’opérateur mobile SFR au milliardaire Patrick Drahi (actionnaire de Libération). «Vous n’avez pas d’esprit national, ne défendez pas l’intérêt supérieur de la nation mais des intérêts privés», lance-t-elle. «Madame Le Pen vous êtes en train de lire une fiche qui ne correspond pas au dossier dont vous parlez, c’est triste pour vous…» réplique calmement Macron, en allusion aux notes qui parsèment la table de son adversaire et qui faisaient référence à un autre dossier industriel, la vente d’Alstom à (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Une internationale brune très fragile
Artillerie
BasSE du front
Les promesses du FN, entre tout et son contraire
Des soutiens solides mais informels

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages