Le Pen considère Macron comme le candidat des "salles de marchés"

Invitée mardi soir de l'émission L'Elysée 2017 sur TF1, Marine Le Pen a fait de son adversaire, Emmanuel Macron, le candidat de "l'oligarchie", défendant "une vision de salle de marchés".

Sur le plateau de TF1 et de l'émission L'Elysée 2017, ce mardi soir, Marine Le Pen s'en est vivement prise à son adversaire au second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron. Faisant l'éloge de la ruralité, et soulignant qu'elle avait multiplié les déplacements dans les petites communes avant le premier tour du scrutin, elle est passée à l'offensive contre son rival: "Mon adversaire ne voit que les centres-villes, c’est à eux qu’il parle. il s'adresse aux gagnants de la mondialisation. Il est le candidat de l’oligarchie, je suis la candidate du peuple".

Contre l'idée que "le marché doit être le patron"

Pour Marine Le Pen, la dernière manche de l'élection met en présence deux visions bien tranchées. "Le choix est entre la nation, avec un Etat là pour protéger les Français, et la mondialisation sauvage. La mondialisation sauvage, c’est l’idée que le marché doit être le patron, que c'est le règne de l’argent et que rien ne doit faire obstacle au marché. Alors, on dérégule tout, on casse le droit du travail, on ne gouverne plus un pays mais un territoire. Au fond, c’est une vision de salle de marchés". 

Abordant le sujet de la "dépossession" dont les Français sentiraient les effets selon elle, elle a commencé à livrer les contours de l'"oligarchie" qu'elle pourfend: "Il y a beaucoup de Français à qui on a raconté des cracks. On a dit aux agriculteurs: ‘vous devriez...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages