Le Pen appelle les électeurs à choisir le RN aux législatives

Marine Le Pen est sortie dimanche du silence médiatique qu'elle observait depuis sa défaite à la présidentielle le 24 avril, à travers un bref message vidéo appelant les électeurs à choisir les candidats RN aux élections législatives des 12 et 19 juin.

Lors de ce scrutin, "vous aurez le choix entre des députés soumis à Emmanuel Macron qui feront passer aveuglément toutes ses décisions, sans contre-pouvoir, et les députés qui soutiennent mon projet et mes valeurs pour la France", déclare l'ex-candidate du Rassemblement national dans une séquence publiée sur les réseaux sociaux.

Marine Le Pen revient dans cette séquence de 2'30" sur les thèmes de sa campagne, notamment "la défense du travail et du pouvoir d'achat", qu'elle oppose à Emmanuel Macron, accusé de soutenir "les privilèges".

"Avec un maximum de députés qui me soutiendront au Parlement, je serai en mesure de protéger votre pouvoir d'achat et de porter des mesures qui reconnaissent enfin le travail à sa juste valeur", affirme-t-elle.

Mme Le Pen est arrivée le 24 avril en tête dans 158 des 577 circonscriptions législatives. Elle a obtenu 41,45% des suffrages à l'échelon national, contre 58,55% au président réélu Emmanuel Macron.

Le président par intérim du RN, Jordan Bardella, a déposé en fin de matinée une gerbe devant la statue de Jeanne d'Arc à Paris. C'est la première fois que cette manifestation, traditionnelle le 1er mai pour le Rassemblement national (ex-Front national), n'est pas présidée par un membre de la famille Le Pen, qu'il s'agisse du fondateur du parti Jean-Marie ou de sa fille Marine, qui lui a succédé en 2011.

Lors d'un entretien sur BFMTV, le député européen a par ailleurs indiqué qu'il était "parfaitement disposé, si le Rassemblement national devait ne pas être en capacité de l'emporter dans des circonscriptions" - notamment en arrivant troisième dans une configuration en triangulaire avec "un candidat du camp patriote mieux placé - "à ce qu'on puisse retirer notre candidat".

Invité à préciser quels candidats pouvaient être considérés "patriotes", il a énuméré, tout en reconnaissant "des désaccords politiques", le parti d'Eric Zemmour Reconquête!, "les Républicains", "une frange souverainiste de la gauche", "Nicolas Dupont-Aignan".

En faisant valoir "l'enjeu que nos idées soient portées et soient défendues à l'Assemblée nationale", il a mis en garde contre le "bloc de la macronie qui va être le bloc de la dérégulation pendant cinq ans" et le "bloc islamo-gauchistes qui est aujourd'hui en train de constituer M. Mélenchon".

Le parti organise par ailleurs en fin de journée une visioconférence à l'attention de ses futurs candidats aux législatives.

cs-pab/hj

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles