Peltier (LR) veut faire de la dette Covid une "dette à échéance de 100 ans"

·1 min de lecture
Le député LR Guillaume Peltier (LR) à La Marolle-en-Sologne (Loir-et-Cher), le 19 septembre 2020

Le numéro 2 de LR Guillaume Peltier a qualifié de "dette de guerre" la dette liée à la crise sanitaire du Covid, et plaidé pour lui fixer une échéance "de 100 ans", mardi dans le Parisien.

"La dette Covid n'est pas une dette comme une autre: c'est une dette de guerre" qui "n'est pas financée par les marchés, mais par la Banque centrale européenne", a affirmé M. Peltier.

Le député du Loir-et-Cher a donc plaidé pour "isoler" la dette Covid "qui pèse sur nos comptes publics" afin "qu'elle devienne une dette perpétuelle ou une dette à échéance de 100 ans".

"Cette dette européenne centenaire aurait trois avantages: alléger la charge de remboursement qui va peser sur notre jeunesse, endiguer la pauvreté et financer la relance par la consommation et les investissements publics", a-t-il affirmé.

Le remboursement se ferait "par une taxe carbone aux frontières extérieures de l'UE", a-t-il ajouté, en soulignant qu'il fallait distinguer "deux dettes: la dette Covid centenaire et la dette nationale".

Pour cette dernière, il a préconisé "une règle d'or budgétaire" d'équilibrage des comptes publics d'ici 2030, ainsi qu'"une règle d'or anti-gaspillage" pour "lutter contre les fraudes fiscales et sociales" qui représentent "100 milliards d'euros chaque année", et conditionner l'accès des aides sociales aux étrangers "à cinq années de travail".

Fin janvier déjà le député LR des Alpes-maritimes Eric Ciotti avait proposé d'"effacer la dette Covid", jugeant qu'"on ne peut pas faire peser le poids de la dette pendant 40 ans sur les générations qui viennent".

cg/el/nm