Pelé reposera dans le plus haut « cimetière vertical » du monde

General view of the Necropole Memorial Cemetery, where Brazilian football legend Pele will be buried on January 3 after dying on December 29, 2022, following a long battle with cancer, in Santos, Brazil, taken on January 1, 2023. - A 24-hour wake for Pele, whose real name was Edson Arantes do Nascimento, will be held at the 16,000-capacity stadium from Monday to Tuesday. That will be followed by what is expected to be a massive funeral procession through the city's streets. He will then be buried in Santos's Necropole Memorial Cemetery in a private ceremony Tuesday. (Photo by Miguel SCHINCARIOL / AFP)
MIGUEL SCHINCARIOL / AFP General view of the Necropole Memorial Cemetery, where Brazilian football legend Pele will be buried on January 3 after dying on December 29, 2022, following a long battle with cancer, in Santos, Brazil, taken on January 1, 2023. - A 24-hour wake for Pele, whose real name was Edson Arantes do Nascimento, will be held at the 16,000-capacity stadium from Monday to Tuesday. That will be followed by what is expected to be a massive funeral procession through the city's streets. He will then be buried in Santos's Necropole Memorial Cemetery in a private ceremony Tuesday. (Photo by Miguel SCHINCARIOL / AFP)

SPORT - Légende brésilienne du football international, le roi Pelé doit être inhumé ce mardi 3 janvier dans la ville de Santos au Brésil, où il a joué pendant la quasi-totalité de sa carrière. Il ne sera toutefois ni enterré, ni incinéré, puisqu’il reposera au neuvième étage d’un cimetière vertical, le Memorial Necropole Eucumênica.

Considéré comme le cimetière le plus haut du monde par le livre Guiness des records, il totalise 14 étages et 18 000 tombes. La tour, conçue par un entrepreneur argentin, occupe un terrain de quatre hectares et propose des salons de recueillement, des suites de repos, un restaurant, une chapelle, un musée automobile, une volière et un étang avec des poissons.

C’est en 2003 que Pelé fait l’acquisition de sa tombe. À l’époque, il avait déclaré avoir choisi cet endroit car « il ne ressemblait pas à un cimetière » et qu’il lui apporterait « la paix spirituelle et la tranquillité ».

Son corps va reposer dans un mausolée spécialement conçu pour lui, de 200 m2, qui rappelle un stade de football, avec son gazon synthétique et des photos de sa carrière, a confirmé mardi à l’AFP un responsable de la communication du cimetière. La concession funéraire est appelée à devenir un lieu de pèlerinage, alors que plus de 230 000 personnes ont défilé devant son cercueil lors de la veillée funèbre lundi et mardi.

Une alternative efficace dans les régions surpeuplées

L’emplacement n’est pas anodin, puisqu’il surplombera le stade de Vila Belmiro, où le triple champion du monde brésilien a joué de 1954 à 1976 avec le Santos FC. D’autres membres de la famille de Pelé reposent dans le site, à l’instar de son frère Jair Arantes do Nascimento, décédé en 2020, et sa fille Sandra, décédée en 2006.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Alors qu’il est de plus en plus cher et compliqué de trouver une place en cimetière, notamment dans les régions surpeuplées du monde, les cimetières verticaux apparaissent comme une alternative efficace. Au Brésil, au Japon, en Israël ou encore en Inde, il est de plus en plus courant d’en voir construit.

À Tel-Aviv, un projet doit voir émerger un total de 30 tours funéraires et 250 000 sépultures. À titre de comparaison, le cimetière de Yarkon, le plus grand de la ville israélienne, totalise 110 000 concessions sur 60 hectares. Au Mexique, la ville de Mexico prévoit également de se doter d’une tour funéraire, cette fois associée à un complexe souterrain de 250 mètres de profondeur.

En France, si aucune tour de ce genre n’a encore été construite, l’idée commence à faire son chemin. Selon France Bleu Hérault, une architecte de Montpellier, Annabelle Iszatt, travaille depuis plus de 10 ans à l’élaboration d’un tel cimetière avec son cabinet d’architecture.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi