Peines réduites en appel pour une opération commando à la fac de Montpellier

Poursuivis pour l’évacuation violente d’un amphithéâtre en 2018, l’ex-doyen a été  condamné en appel.  - Credit:RICHARD DE HULLESSEN / MAXPPP / PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
Poursuivis pour l’évacuation violente d’un amphithéâtre en 2018, l’ex-doyen a été condamné en appel. - Credit:RICHARD DE HULLESSEN / MAXPPP / PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

La cour d'appel de Montpellier a réduit mardi les peines de quatre personnes qui avaient participé en 2018 à l'évacuation violente d'étudiants occupant la faculté de Montpellier, dont le professeur agrégé Jean-Luc Coronel, condamné à un an d'emprisonnement avec sursis. En décembre, le parquet avait requis la confirmation des peines infligées aux quatre membres du commando ayant fait appel, sur les sept déclarés coupables en juillet 2021.

Condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir commandité cette violente opération, l'ex-doyen de la faculté Philippe Pétel n'avait pas fait appel. Dans un contexte de contestation sociale, une dizaine d'étudiants et militants, qui occupaient un amphithéâtre de la faculté de droit, avaient été violemment expulsés, dans la nuit du 22 au 23 mars 2018. Professeur d'histoire du droit, Jean-Luc Coronel avait été condamné en première instance à 18 mois d'emprisonnement, dont 6 mois ferme.

Réductions de peines

Mardi, il a été relaxé de faits de violences envers une des personnes présentes, mais jugé coupable de participation à cette opération dont il a toujours attribué la responsabilité au doyen. Il a été condamné à un an d'emprisonnement avec sursis. Si la cour d'appel ne lui a pas interdit d'exercer sa profession, le Pr Coronel devra toutefois attendre une nouvelle décision de la formation disciplinaire du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) pour être fixé sur son sort administrati [...] Lire la suite