A la peine avec ses voitures autonomes, Uber dégaine sa voiture volante

Uber a un problème avec ses chauffeurs, avec la justice, avec ses véhicules autonomes, avec ses investisseurs, avec les femmes et avec son patron. Pour nous faire oublier tout cela, quoi de mieux que de nous faire rêver? L’entreprise vient d’annoncer que les premiers tests de voitures volantes débuteront dès 2020 à Dubaï et à Dallas. Ambitieuse, elle prévoit également des tests à grande échelle dès 2023. Le but est de permettre à ses clients de choisir entre un trajet sur la route ou par les airs.

Image

Des voitures volantes, mais pas les siennes

Actuellement, le géant ne fabrique et ne possède aucune voiture. Pour son projet de voitures volantes - qui devraient davantage ressembler à des petits avions qu’à des voitures, il annonce un partenariat avec plusieurs entreprises. Toutes ont en commun de travailler sur des appareils capables de décoller et d’atterrir à la verticale. Uber souhaite ainsi utiliser les toits d’immeubles, rebaptisés «vertiports».

L’annonce d’Uber complète un livre blanc dévoilé en octobre dernier, qui faisait déjà état des projets de l’entreprise en matière de transport aérien. Elle y dévoilait sa volonté de déployer une flotte de véhicules volants dans les «cinq à dix ans».

Le document rappelait également les nombreux obstacles auxquels l’entreprise sera confrontée. Le premier concerne les autorisations de vol, accordées par la Federal...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages