"Pas la peine" : pourquoi Marine Le Pen refuse de débattre avec Eric Zemmour

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Robert Ménard, le maire de Béziers, a invité le polémiste et la présidente du Rassemblement national à débattre dans sa ville. Si Eric Zemmour a accepté le principe, Marine Le Pen décline.

Pas de face-à-face en perspective, en tout cas dans l'immédiat. S'il n'est pour l'heure pas officiellement candidat à la présidentielle, Eric Zemmour a accepté l'invitation lancée ce vendredi par Robert Ménard sur BFMTV-RMC, qui lui a proposé de venir débattre avec Marine Le Pen dans sa ville de Béziers (Hérault). Mais la présidente du Rassemblement national répond d'ores et déjà par la négative, indique son entourage à BFMTV.

"On n'a pas de raisons de débattre", explique-t-on du côté de Marine Le Pen. "Zemmour n'est pas notre adversaire. Notre ennemi, c'est Macron. Et la règle en politique, ce n'est pas papillonner partout."

"La politique, ce n'est pas de la télé-réalité", poursuit-on dans l'entourage de Marine Le Pen. "Mais ce n'est pas un spectacle. On n'est pas à la Foire du trône avec en catcheur Zemmour qui dit 'qui vient se mesurer à moi?'." Au RN, on juge avoir "une candidate légitime" et donc ne pas être "dans une primaire".

"On n'a pas envie de revenir à la marginalisation"

Au sein de l'entourage de Marine Le Pen, on insiste sur les divergences entre le RN et le polémiste, qui s'illustrent "sur des propositions" qui "ne (leur) semblent pas applicables comme l'idée que l'islam n'est pas compatible avec la République".

"On n'est pas d'accord là-dessus donc pas la peine de débattre. On ne le fera pas revenir à la raison. (...) La radicalité et l'irréalisme, on a connu ça il y a 40 ans. On n'a pas envie de revenir à la marginalisation avec Zemmour."

 "Zemmour croit avoir raison", poursui cette même source. "Il ne connaît pas la politique. C'est un polémiste. (...) On a des désaccords connus. On ne va pas en débattre. Il veut le sang et la guerre. On veut la paix." Pour l'entourage de Marine Le Pen, si les deux parties doivent débattre, cela se fera "en privé".

Ménard les appelle à "arrêter les conneries"

L'idée de Robert Ménard semble donc mal partie. Le maire de Béziers, à la fois proche d'Éric Zemmour et de la députée du Pas-de-Calais, a souhaité faire le pont entre ces deux personnalités à l'approche de la présidentielle ce vendredi au micro de Jean-Jacques Bourdin.

"Je leur dis: 'arrêtez vos conneries", a lancé l'édile. "Venez à Béziers et on discute. Prenez un engagement: celui qui arrivera en tête, vous le soutiendrez.'"

Si Marine Le Pen est d'ores et déjà candidate déclarée à l'Élysée, Eric Zemmour semble lui se rapprocher chaque jour un peu plus d'une annonce. Il doit entamer, à la mi-septembre, la promotion d'un nouvel essai qui donnera lieu à "des échanges avec les Français" au parfum de campagne électorale.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles