Peine de mort : pour Amnesty International, "le combat n'est pas fini"

·1 min de lecture

 

Un combat de longue date. Si la peine de mort est abolie en France depuis 40 ans, ça n'est pas le cas sur l'ensemble de la planète. Anne Denis, responsable de la commission Abolition de la peine de mort à Amnesty International l'a rappelé au micro de Thierry Dagiral, dans Europe Midi ce samedi. En 1977, année où l'organisation a reçu le prix Nobel de la paix, Amnesty International a organisé une conférence à Stockholm en Suède, "lors de laquelle elle a fait une déclaration pour l'abolition universelle de la peine de mort", position qu'elle tient depuis. Aujourd'hui, il reste 55 pays qui ont dans leur droit la peine de mort, même si dans les faits "une vingtaine exécutent par an" détaille la responsable.

 

>> À RÉECOUTER - Robert Badinter : "le seul objectif, c'est l'abolition universelle" de la peine de mort

Amnesty International lance en France une grande campagne d'affichage dans plusieurs villes de l'hexagone. "En France, on ne connaît pas la peine de mort, on ne sait pas vraiment ce que c'est donc on pense toujours que c'est terminé" rappelle Anne Denis. Cette campagne s'adresse principalement aux jeunes, "afin qu'ils sachent que des petits délits en France peuvent mener à la peine de mort dans certains pays". C'est notamment le cas au Nigeria, où l'on peut être exécuté si l'on vole dans un magasin, ou si l'on boit sur la voie publique. "Nous voulons sensibiliser les jeunes pour leur dire que le combat n'est pas fini", détaille-t-elle.

L'impossible remise en cause ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles