"Pour peindre les lions de la grotte de Chauvet, il fallait une maturité sociale et cognitive certaine"

·2 min de lecture

Si l'on attribue à Néandertal la paternité des premiers dessins abstraits, c'est bien Sapiens qui est l'auteur des chefs-d'œuvre de l'art pariétal. Des peintures qui témoignent d'une pensée symbolique élaborée, explique la préhistorienne Carole Fritz, celle d'individus capables de produire - et reproduire - des mythes.

Cet article est extrait du n°204 des Indispensables de Sciences et Avenir, daté janvier/mars 2021.

Sciences et Avenir : À partir de quand les Hommes ont-ils orné les parois des grottes ?

Carole Fritz : En Europe occidentale, cela s'est produit aux alentours de 37 000 ans. La plus belle illustration en est, en France, la grotte de Chauvet-Pont d'Arc (Ardèche). D'autres sites contemporains ont été récemment signalés en Asie du Sud, en particulier à Sulawesi, en Indonésie. Ils pourraient être, hors d'Europe, les plus anciens du monde.

Qui serait le premier artiste ?

Il ne fait pour moi aucun doute que les auteurs des œuvres pariétales sont des Homo sapiens. Des controverses existent dans la communauté scientifique pour accorder à l'Homme de Néandertal la paternité de quelques graphismes sur des coquillages, ou une grille gravée sur un rocher… Mais cela n'a absolument rien à voir avec les spectaculaires productions de Sapiens. Pour réaliser des œuvres picturales de la qualité de celle des lions ou des chevaux de la grotte Chauvet, il fallait que celui-ci ait atteint une maturité sociale et cognitive certaine.

C'est-à-dire ?

Homo sapiens a atteint l'Europe il y a environ 45 000 ans. Or, il ne s'est pas mis tout de suite à décorer les parois des grottes. Les premiers témoignages d'art rupestre sont plus récents de quelques milliers d'années. On peut donc penser qu'une certaine maturation a fait émerger des besoins sociaux élaborés, touchant à la projection du soi individuel et collectif vers un aliud (autre). Une projection vers des images animales, pour l'essentiel. Quand Sapiens s'est mis à peindre dans les cavités profondes ou à façonner des sculptures sur ivoire, à l'instar des lions, chevaux, ou mammouths retrouvés à Hohle Fels, un site du Jura souabe en Allemagne, il avait atteint cette maturité.

Est-ce à dire que sans l'émergence d'une société complexe, Homo sapiens ne serait jamais devenu l'artiste que l'on connaît ?

Absolument. Inscrire des figures sur les pa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi