Pegasus : comment et pourquoi Rabat a « scanné » le hirak algérien

·1 min de lecture
Au regard des numéros dans la liste concernée par l'espionnage de Pegasus, l'inquiétude des services de renseignements marocains était forte quant à la contamination possible du hirak algérien.  
Au regard des numéros dans la liste concernée par l'espionnage de Pegasus, l'inquiétude des services de renseignements marocains était forte quant à la contamination possible du hirak algérien.

« Et toi, tu y es ? » Comme des bacheliers attendant la publication de leurs noms sur les listes des lauréats du baccalauréat, journalistes et personnalités politiques algériennes échangent sur leurs messageries pour savoir s?ils figurent parmi les 6 000 Algériens ciblés par le logiciel espion israélien Pegasus déployé par le voisin marocain. L?Algérie totalise 60 % du ciblage marocain, mettant le « frère ennemi » de l?Est en haut de la liste des préoccupations des grandes oreilles marocaines. Mardi 20 juillet, l?enquête de Forbidden Stories et d?Amnesty International sur ce nouveau scandale de surveillance généralisée a commencé à dévoiler les noms des personnalités algériennes ciblées.

À LIRE AUSSIAffaire Pegasus : le Maroc et la Hongrie nient en bloc

Peur de la « contamination »

À la lecture de la liste, et sachant que les données révélées s?étendent sur les deux dernières années, on peut aisément supposer que l?intérêt marocain s?est focalisé sur la crise du printemps 2019 en Algérie, quand le mouvement populaire du hirak et l?armée ont fait chuter le président Abdelaziz Bouteflika. « Deux craintes structuraient alors l?approche de Rabat envers ces bouleversements politiques, poussant probablement la communauté du renseignement marocain à intensifier la surveillance de notre côté », explique une source des renseignements algériens au Point Afrique. D?abord, celle de la « contamination ». « Aujourd?hui, et Rabat le sait très bien, tous les ingrédients d?un [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles