Le peau à peau fait baisser la mortalité de 25% chez les bébés prématurés

·2 min de lecture

Très répandu dans certains pays, le peau à peau ferait baisser la mortalité de 25% chez les bébés prématurés selon une récente étude.

C'est un moment privilégié entre les jeunes parents et le bébé. A peine nés, les enfants sont placés en peau à peau avec leurs parents. Un geste intime qui permet non seulement de partager leurs premiers instants de vie mais qui présente également de nombreux bénéfices pour l'enfant, comme une meilleure régulation de la température corporelle. Une récente étude vient de montrer que le peau à peau serait également très bénéfique pour les bébés prématurés. Arrivés bien avant le terme, ces derniers sont le plus souvent placés dans une couveuse (aussi appelé un incubateur). Elle permet de garder l'enfant au chaud et le protège aussi en partie des agents infectieux, sans être stérile pour autant. Selon cette nouvelle étude réalisée par le Karolinska Institutet en Suède et publiée dans le , le peau à peau serait plus bénéfique encore.

Aussi appelée la "méthode kangourou", le peau à peau est considéré comme une des techniques les plus efficaces pour prévenir la mortalité infantile. Pour le moment, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande la méthode kangourou pour tous les enfants prématurés dès lors que leur état est considéré comme stable dans le service de néonatologie, ce qui peut prendre plusieurs jours pour ceux qui pèsent moins de deux kilos à la naissance. "L'idée de mettre les très petits bébés encore instables en peau à peau directement après l'accouchement n'a pas encore fait son chemin. Mais 75% des décès ont lieu avant que l'enfant n'ait été considéré comme suffisamment stable", explique le Dr. Nils Bergman, chercheur en santé de la femme et de l'enfant au Karolinska Institutet dans . Les premiers jours de vie sont cruciaux, puisque de manière générale, 45% des décès néonataux ont lieu dans les 24 heures après la naissance, et 80% durant la première semaine de vie selon une étude du .

17 heures de peau à peau par jour

Avec son équipe, ils ont cette fois mené une étude pour évaluer les bénéfices du peau à peau chez des bébés au poids plume, pesant de[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles