Le PDG d’Intel démissionne à cause d’une relation avec un membre du personnel

N.B. avec AFP
Brian Krzanich dirigeait Intel depuis 2013

Brian Krzanich a violé la politique de l’entreprise, indique Intel ce jeudi.


Les sondages le montrent régulièrement : les relations amoureuses naissent très souvent sur le lieu de travail. Courantes, ces relations obéissent pour autant à certaines règles… Le PDG d’Intel, Brian Krzanich, l’a compris à ses dépens puisqu’il a été contraint de démissionner de son poste après avoir violé la politique de l’entreprise, a annoncé le groupe ce jeudi.

La relation est pourtant « consentie », mais le problème n’est pas là. Chez Intel, il est tout simplement interdit pour un dirigeant d’entretenir « des relations personnelles » avec un membre du personnel. Or le groupe indique qu’il « a été informé récemment que M. Krzanich a eu une relation consentie par le passé avec un(e) employé(e) ». Une enquête a donc été ouverte, menée par des conseils interne et externe.

Robert Swan patron par intérim


« Etant donné qu’il est attendu que tous les employés respectent les valeurs d’Intel et adhèrent au code de conduite de l’entreprise, le conseil d’administration a accepté la démission de M. Krzanich », poursuit le texte.


En attendant la nomination de son successeur, le géant américain des microprocesseurs a promu Robert Swan, actuel directeur financier, patron par intérim avec effet immédiat.



Brian Krzanich, ingénieur de formation, a fait quasiment toute sa carrière chez Intel où il est entré en 1982 avant de gravir l’un après l’autre les échelons le menant au sommet de l’entreprise. Agé de 58 ans, il est marié et père de deux enfants.

Il a été nommé PDG le 16 mai 2013, devenant le sixième patron d’une société ayant réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 62,8 milliards de dollars pour un bénéfice net de 9,6 milliards et employant 102 700 personnes au 31 décembre 2017.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Sur Facebook, il va falloir payer pour accéder à certains groupes
Autolib’ : ambiance électrique entre les élus et le groupe Bolloré
Clap de fin pour Autolib’
Le français Nanobiotix va pouvoir commercialiser sa technologie anti-cancer
SFR : licencié pour avoir refusé de faire des photocopies à la soeur d’un actionnaire