Paris Photo : les paysages extrêmes de Juliette Agnel

Série « Les Portes de glace » par Juliette Agnel  - Credit:Juliette Agnel/Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière
Série « Les Portes de glace » par Juliette Agnel - Credit:Juliette Agnel/Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière

À Paris photo ce dimanche, on ne manquera pas de s'arrêter sur le stand de Clémentine de la Féronnière, dont la galerie de photographies qui porte son nom fête son dixième anniversaire, et expose aussi bien Martin Parr et James Barnor, qu'elle a magnifiquement redonné à voir, que d'autres générations à découvrir dans la douce clarté du lieu. Juliette Agnel est de ces nouveaux venus avec Frédéric Stucin, Thomas Klotz et Carolle Benitah et au-delà de la manifestation du Grand Palais éphémère le travail de cette voyageuse, née en 1973 et qui a vécu dix ans en Afrique de l'Ouest, notamment, est exposé jusque fin décembre à la galerie de l'île Saint-Louis. Une immersion sensible dans son parcours qui donne autant à ressentir qu'à penser la place de l'Homme devant la puissance géologique, cosmique, végétale… de l'univers. Ici, l'œil est d'abord attiré par ce mur blanc où semble accrochée une toile abstraite.

À LIRE AUSSIExposition – Sur les traces des pharaons noirs

 - Credit: ©  Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière
- Credit: © Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière
 - Credit: ©  Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière
- Credit: © Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière

«MONOLITHES» de Juliette Agnel, ici au mur la Géode de Pulpi et la série «Silex» © Courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière
Mais non, c'est bien une photo aux couleurs pastels, celles des cristaux géants qui recouvrent les parois de la Géode de Pulpi, dans la province d'Almería en Espagne. Transfigurés. Dans la seconde salle, voici d'autres mystères contenus par des paysages extrêmes : du Soudan, dans le désert des pharaons noirs, sur les sites archéologiques de Méroé, qu'elle a arpentés en 2019 [...] Lire la suite