Les pays de l'Europe du Sud-Est condamnent l'invasion russe de l'Ukraine

En visite à Thessalonique où sont réunis les pays de l’Europe du Sud-Est, le président du Conseil de l'UE, Charles Michel, a pu constater que ceux-ci faisaient front pour condamner l’invasion russe de l’Ukraine.

Si le président turc Recep Tayyip Erdoğan est le grand absent de ce sommet, sur fond de tensions avec Athènes au sujet de l’armement des îles de la mer Egée, l’heure est tout de même à l’unité.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis n’a pas mâché ses mots au moment d’évoquer la guerre lancée par Vladimir Poutine.

"En cette troisième décennie du XXIe siècle, personne ne peut accepter le révisionnisme d'un despote, a-t-il déclaré. Cela menace non seulement l'équilibre géopolitique international, mais aussi les frontières acceptables sur lesquelles le monde moderne a été construit. L'histoire ne peut être réécrite, simplement parce que quelqu'un la fabrique arbitrairement dans son esprit".

Le Premier ministre grec a aussi profité de ce sommet pour proposer l’intégration des pays des Balkans occidentaux à l’UE d’ici 2033. Un sommet UE-Balkans occidentaux est d’ailleurs prévu le 23 juin. L’Albanie et de la Macédoine du Nord sont notamment en salle d'attente.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles