Les pays de l'Union européenne entérinent l'accord sur le droit d'auteur numérique

franceinfo avec Reuters
Ce texte impose notamment à Google de rémunérer les informations mises en ligne. Le réseau social Facebook, lui, devra filtrer les contenus pour protéger le droit d'auteur.

Le projet de l'Union européenne de réformer le droit d'auteur à l'ère numérique a franchi le dernier obstacle, lundi 15 avril. Les Etats membres ont en effet approuvé la directive qui contraint Google à rémunérer les informations mises en ligne et qui contraint Facebook à filtrer les contenus. En plus de la rémunération des auteurs, le texte oblige YouTube (propriété de Google), Instagram (qui appartient à Facebook) et d'autres services de partage à installer des filtres pour empêcher leurs utilisateurs de télécharger des matériaux protégés par le droit d'auteur.

Le Conseil de l'UE évoque un "texte équilibré"

Dix-neuf pays, dont la France et l'Allemagne, se sont prononcés en faveur de la réforme. La Finlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède s'y sont opposés, tandis que la Belgique, l'Estonie et la Slovénie se sont abstenues. Le ministre de la Culture roumain, Valer Daniel Breaz, dont le pays occupe la présidence tournante, s'est félicité de l'adoption du texte dans un communiqué du Conseil de l'Union européenne. "C'est un texte équilibré, créant de multiples opportunités pour les secteurs créatifs européens, qui prospéreront et refléteront mieux notre diversité culturelle et d'autres valeurs communes européennes, a-t-il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi