Les pays européens se divisent sur la question migratoire

Courrier international

S’inscrire à la newsletter Lettre de l’éduc

Pour vous accompagner tout au long de l’année dans votre progression en HGGSP, nous vous proposons chaque semaine de décrypter un article d’actualité publié par Courrier international, en lien avec les programmes de première et de terminale, et nous vous donnons des conseils de lecture qui permettent d’aborder le sujet sous un autre angle. Une façon d’actualiser les thèmes vus en classe.

L’article de la semaine

Pourquoi cet article ?

Depuis 2015, la question des flux migratoires est devenue une préoccupation majeure pour beaucoup d’États européens. Face à des arrivées de migrants de plus en plus massives, les frontières extérieures mais aussi intérieures de l’espace de Schengen ont tendance à se renforcer. L’exemple récent des errances du navire humanitaire Ocean Viking en est la parfaite illustration (voir les articles sur le sujet recommandés ci-dessous).

Cet article du quotidien espagnol El País expose la façon dont la France durcit sa frontière avec le Pays basque espagnol pour empêcher les migrants de passer. Ce sujet vous permettra d’illustrer le thème 3 sur les frontières en première et, en particulier, le chapitre conclusif sur les frontières extérieures et intérieures de l’Europe.

S’il ne fallait retenir qu’une citation

“Il faut continuer à dénoncer le fait que la France effectue des contrôles racistes au cœur de l’UE, sous divers prétextes et en vertu d’une légalité douteuse qu’elle n’applique qu’à la frontière de son pays.”

Bénévole dans l’une des ONG qui accueillent les migrants côté espagnol, Jon Aranguren dénonce les mesures mises en place par le gouvernement français pour limiter les passages illégaux. Pour empêcher un maximum de clandestins de passer la frontière espagnole, et sous prétexte de lutter contre le terrorisme, la France a en effet mis en place des contrôles renforcés ainsi que des barrières sur les principaux points de passage de ces migrants venus d’Afrique.

Or ces mesures sont contraires aux principes des accords de Schengen, signés en 1985, qui instaurent la libre circulation des personnes et des biens entre les États de l’Union européenne. Ce durcissement des frontières se constate d’ailleurs dans d’autres pays, comme la Hongrie ou la Grèce, qui cherchent eux aussi à limiter les flux de migrants clandestins.

[...] Lire la suite sur Courrier international