«Le pays est en danger»: en RDC, le cri d'alarme des évêques catholiques face au M23

Reuters

Dans un document de plusieurs pages, les évêques catholiques de la République démocratique du Congo tirent la sonnette d’alarme face à la flambée des violences dans l’est du pays et l’activisme du M23. Ils appellent à une marche le 4 décembre pour exiger la fin des violences.

Dans une déclaration commune, les évêques de l'Église catholique dénoncent l’hypocrisie de la communauté internationale et appellent les Congolais et les fidèles catholiques à une marche le dimanche 4 décembre prochain à travers le pays pour exiger la fin des violences.

Ce texte de plusieurs pages est « un cri de désarroi, un appel à la responsabilité », explique, au micro de notre correspondant Pascal Mulegwa, Mgr Donatien N’shole, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Il affirme que « l’heure est grave » et que « le pays est en danger ».

« Les gens ne cessent de mourir, et particulièrement à l’est du pays. C’est le M23 et on sait que ce groupe armé est soutenu par les pays étrangers. Les évêques ont lu quelque part : "Aide-toi et le ciel t’aidera". Quelque part, il y a une complaisance qui frise la complexité », commente-t-il.

Et il s’interroge : « Qu’est-ce qu’on vise ? La balkanisation de notre pays. Les évêques disent oui au dialogue, oui à la diplomatie. Mais il y a des choses qui ne vont pas être négociées, à savoir l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale ».


Lire la suite sur RFI