Des pays d'Afrique de l'Est veulent mettre sur pied une force régionale pour l'est de la RDC

Une réunion de chefs d'état-majors de pays membres de la Communauté des États d'Afrique de l'Est (CAE) se tenait ce lundi 6 juin à Goma, au Nord-Kivu. Elle a finalement duré plus que prévu, histoire d'éviter un couac avec Kigali.

Conformément aux recommandations de la CAE, les chefs d'état-major des pays membres, Burundi, Kenya, Ouganda, Tanzanie et le pays hôte de la réunion du jour, la RDC (membre depuis mars 2022 de la CAE), se sont rencontrés à Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, à l'exception du Rwanda. Selon un haut gradé congolais, l'objectif était de discuter de la mise en place d'une force régionale composée de contingents des pays membres de la CAE. Celle-ci opérerait « uniquement » dans l'est de la RDC, et aurait pour mission de « traquer et anéantir » les groupes armés congolais et groupes rebelles étrangers qui ne veulent pas déposer leurs armes et se rendre.

La réunion s'était finalement prolongée tard dans la nuit de lundi. Arrive l'heure de la lecture du communiqué conjoint, elle est interrompue brutalement lorsque le général congolais qui lit ce texte condamne l'absence du Rwanda de ce conclave, selon nos sources.

Les journalistes ainsi que plusieurs officiers qui étaient en train de filmer la scène sont priés d'effacer les photos et vidéos qu'ils venaient d'enregistrer.

Son objectif sera de valider les textes qui mettent en place cette force régionale par tous les pays membres de la CAE, avant de le soumettre à un sommet des chefs d'États pour adoption, précise notre source, ajoutant : « Il y a urgence. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles