Pays-Bas: Mark Rutte en tête des sondages avant les législatives

par Toby Sterling et Stephanie van den Berg
·2 min de lecture
PAYS-BAS: MARK RUTTE EN TÊTE DES SONDAGES AVANT LES LÉGISLATIVES

par Toby Sterling et Stephanie van den Berg

AMSTERDAM (Reuters) - Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, du parti libéral VVD, paraît en mesure d'être reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans lors des élections législatives qui se tiendront du 15 au 17 mars aux Pays-Bas.

La gestion de l'épidémie de coronavirus par son gouvernement est devenue l'un des grands enjeux du scrutin, et Mark Rutte est en tête des sondages d'opinion.

Le vote s'étalera sur trois jours afin de respecter les normes de distanciation sociale mises en place pour freiner l'épidémie, les Pays-Bas ayant interdit les rassemblements de plus de deux personnes et imposé la fermeture des restaurants et des bars, ainsi que le premier couvre-feu nocturne depuis la Seconde Guerre mondiale.

Une majorité d'électeurs soutient à contrecoeur les restrictions mises en place.

Dans ce contexte de crise sanitaire, Rutte se présente comme "quelqu'un de fiable et je pense que cela parle à un grand groupe d'électeurs", dit Rem Korteweg, analyste chez l'Institut Clingendael, un groupe de réflexion basé à La Haye.

Rutte, 54 ans, dirige le gouvernement néerlandais depuis 2010, ce qui fait de lui l'un des plus anciens dirigeants européens en poste.

Malgré quelques maladresses dans la réponse du gouvernement à la crise sanitaire, telles que la volte-face sur le port du masque dans les lieux publics et la lenteur du déploiement de la campagne de vaccination, les électeurs reconnaissent à Rutte le mérite d'avoir réussi à maintenir un nombre suffisant de lits d'hôpitaux disponibles pendant les deux vagues de l'épidémie.

Le gouvernement de Rutte assure la gestion des affaires courantes depuis janvier dernier après avoir présenté sa démission en bloc à cause d'un scandale sur les aides sociales.

Trois sondages publiés cette semaine donnent au VVD (Parti populaire pour la liberté et la démocratie), le parti de Rutte, de 24 à 26% des voix, tandis que le Parti de la liberté (PVV) du populiste Geert Wilders, premier parti d'opposition, est crédité de 11 et 14% des intentions de vote.

Dans la première élection néerlandaise depuis deux décennies où l'immigration n'a pas été au centre du débat, Geert Wilders a axé sa campagne sur la nécessité d'augmenter les dépenses de santé et le soutien aux petites entreprises.

Le leader de l'opposition a critiqué la mise en place du couvre-feu nocturne, vivement contesté au point de déclencher des manifestations violentes après son instauration le 23 janvier dernier.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière la prolongation de cette mesure controversée jusqu'au 31 mars.

(Version française Diana Mandiá, édité par Jean-Stéphane Brosse)