Pays-Bas: Geert Wilders reconnu coupable de discrimination en appel

·1 min de lecture
PAYS-BAS: GEERT WILDERS RECONNU COUPABLE DE DISCRIMINATION EN APPEL

AMSTERDAM (Reuters) - La justice néerlandaise a confirmé mardi en appel la condamnation de Geert Wilders, dirigeant du Parti pour la liberté (PVV, extrême droite), pour des insultes proférées à l'endroit des Marocains lors d'une réunion électorale en 2014.

La Cour suprême néerlandaise a reconnu Geert Wilders coupable de discrimination. Le responsable politique avait demandé un nouveau procès sur cette affaire, jugée en première instance en 2016, estimant qu'elle était motivée par des considérations politiques.

Lors d'un meeting en 2014, Geert Wilders avait demandé en 2014 à ses partisans s'ils voulaient "plus ou moins de Marocains" dans le pays. La foule avait alors scandé "Moins, moins!" et lui avait répondu: "Nous allons nous en occuper !"

La Cour suprême néerlandaise a jugé que ces propos avaient été "inutilement blessants" et avaient outrepassé les limites de la liberté d'expression.

Réagissant à cette décision, Geert Wilders s'est dit victime d'une "chasse aux sorcières" et d'un système judiciaire déficient.

"Ils veulent me faire taire, mais je ne serai jamais silencieux", a-t-il dit.

Le PVV, dirigé par Geert Wilders, 57 ans, est la troisième force au Parlement néerlandais et le principal parti d'opposition à l'issue des élections législatives de mars.

(Reportage Bart Meijer; version française Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles