Pays-Bas: un ex-chef du renseignement chargé de former un gouvernement

Dick Schoof, candidat pour devenir le prochain Premier ministre des Pays-Bas, à La Haye le 28 mai 2024 (Ramon van Flymen)
Dick Schoof, candidat pour devenir le prochain Premier ministre des Pays-Bas, à La Haye le 28 mai 2024 (Ramon van Flymen)

Les partis de la coalition de droite nouvellement formée aux Pays-Bas ont désigné mardi Dick Schoof, haut fonctionnaire et ancien chef du Renseignement, pour former un gouvernement.

M. Schoof, 67 ans, est actuellement secrétaire général du ministère de la Justice et de la Sécurité. Il a auparavant dirigé les services néerlandais du renseignement et de l'immigration.

Six mois après les élections, il a été nommé pour former un gouvernement qui devra être composé à 50% de politiciens et à 50% de personnes extérieures à la politique, comme prévu par l'accord de coalition. Il succèderait alors à Mark Rutte.

Un gouvernement pourrait être en place début juillet, a rapporté la télévision publique NOS.

"Sur la recommandation et avec le soutien des dirigeants de la coalition parlementaire (...) M. Dick Schoof est prêt à être disponible comme futur Premier ministre", a déclaré lors d'une conférence de presse Richard van Zwol, qui supervise les pourparlers sur la formation d'un gouvernement néerlandais.

Grand vainqueur des élections, le dirigeant d'extrême droite Geert Wilders a renoncé à son rêve d'occuper le poste de Premier ministre, au moins un de ses partenaires de coalition ayant menacé de torpiller un accord dans ce cas.

L'accord pour un gouvernement de coalition a été trouvé entre le Parti pour la liberté (PVV) de M. Wilders, le parti pro-agriculteurs BBB, le parti libéral VVD et le nouveau parti anti-corruption NSC.

Ils ont présenté à la mi-mai un accord définissant les grandes lignes de leur politique pour les années à venir. La nouvelle coalition vise notamment à appliquer la politique "la plus stricte" que les Pays-Bas aient jamais connue en matière d'asile.

- "Sans parti" -

Dick Schoof a été membre du parti travailliste (gauche) PvdA mais a déclaré mardi lors de la conférence de presse qu'il était déterminé à appliquer la politique décidée par les partenaires de la coalition.

"Cela signifie s'emparer des questions de migration et d'asile, garantir aux populations, y compris aux agriculteurs, une qualité de vie et veiller à la sécurité internationale", a affirmé M. Schoof.

"C'est pourquoi je suis ici", a-t-il ajouté.

M. Wilders s'est dit "heureux et fier" de la nomination de M. Schoof pour former un gouvernement. "Il a une bonne expérience sur les bons thèmes. Il se situe au-dessus des partis", a-t-il déclaré, cité par la télévision publique NOS.

M. Wilders avait déclaré après la publication de l'accord que le nouveau gouvernement appliquerait "la (politique) anti-asile la plus stricte jamais mise en œuvre aux Pays-Bas".

Toutefois, il a rapidement concédé auprès de l'AFP qu'obtenir une éventuelle dérogation aux règles de l'UE en matière d'asile pourrait prendre "des années".

Dick Schoof, qui a des décennies d'expérience dans les méandres bureaucratiques de La Haye, a pour objectif d'être "un Premier ministre pour tous les citoyens néerlandais".

"Je vais devenir Premier ministre. Je suis sans parti", a-t-il déclaré devant les journalistes, ajoutant qu'il ne serait pas tenu "en laisse" par M. Wilders.

"Mes projets pour les Pays-Bas sont ceux sur lesquels les dirigeants des partis se sont mis d'accord", a-t-il ajouté.

cvo/fjb