Pays-Bas : deuxième nuit d’émeutes après la mise en place d’un couvre-feu

Source AFP
·1 min de lecture
Des pompiers éteignent un feu allumé par des manifestants anti-couvre-feu à Rotterdam, lundi 25 janvier. (illustration)

Pour lutter contre la pandémie, les Pays-Bas ont instauré leur premier couvre-feu depuis la Seconde Guerre mondiale, une décision qui provoque des tensions.

Plusieurs villes des Pays-Bas étaient le théâtre d'émeutes lundi 25 janvier au soir, pour la deuxième nuit consécutive, après la mise en place ce week-end d'un couvre-feu afin de lutter contre la pandémie. Des affrontements ont opposé la police antiémeute à des groupes de protestataires à Amsterdam ainsi que dans la ville portuaire de Rotterdam, où des vitrines de magasins ont été brisées et leurs marchandises pillées.

Amersfoort (est), la petite ville de Geleen (Sud), près de Maastricht, La Haye ou encore Den Bosch ont aussi été secouées par des émeutes, ont rapporté la police et des médias. Plus de 70 personnes avaient été arrêtées à 23 heures (heure française), selon la télévision publique néerlandaise NOS. « Une confrontation est en cours entre la police antiémeute et des jeunes qui leur lancent des feux d'artifice », avait indiqué un peu plus tôt dans un tweet la police de Geleen.

Reconfiner ou pas : pour Emmanuel Macron, il est urgent d'attendre !

Des arrestations ont eu lieu

À Rotterdam, la police a fait usage d'un canon à eau après un affrontement avec les protestataires, a rapporté la chaîne de télévision NOS. Le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, a pris un décret autorisant la police à multiplier les arrestations. « Des arrestations ont eu lieu », a indiqué la mairie de Rotterdam dans un tweet. « Il est instamment demandé de quitter les lieux. »

Des images sur les réseaux sociaux montraient des émeutiers pillant un magasin à Den Bosc [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :