Pays-Bas, Danemark : une escalade de violences contre les restrictions sanitaires

·1 min de lecture

Les manifestations se multiplient en Europe contre le durcissement des mesures pour lutter contre l'épidémie. En tête des cortèges, on retrouve des mouvements liés à l'extrême droite.

Pays-Bas : incendies contre le tout premier couvre-feu depuis la Seconde Guerre mondialeCentre de dépistage brûlé, gare pillée, 250 personnes arrêtées : les Pays-Bas ont connu un week-end agité. Ce dimanche 24 janvier, des milliers de manifestants ont défilé dans une dizaine de villes du pays pour s'opposer au confinement en vigueur depuis la veille. À Amsterdam, chiens policiers ainsi que canons à eau ont été déployés pour disperser la foule. Dans le sud du pays, à Eindhoven, le gaz lacrymogène était de sortie après les incendies de véhicules et le pillage de la gare centrale." Nous sommes sur la voie d'une guerre civile " a déclaré John Jorritsma, maire d'Eindhoven. Pour lui, les émeutiers avaient un objectif : " la violence contre la police ". De son côté, le directeur général du syndicat de la police, Koen Simmer, à Nieuwsuur n'avait pas " vu autant de violences depuis 40 ans ".En pleine crise politique, un élu est pointé du doigt : Thierry Baudet. Ce représentant néerlandais (équivalent des députés français) partisan d'une sortie de l'UE, s'oppose farouchement aux mesures de confinement et incite les Néerlandais à manifester. Dimanche soir, il a notamment tweeté " C'est la deuxième soirée que Rutte (le Premier ministre, N.D.L.R.) enferme les Pays-Bas. De plus en plus de personnes...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Dette : qui va payer ?" : découvrez le dernier hors-série de "Marianne"

Cinéma : la galère des salles obscures au pays des cinéphiles

Pays-Bas : le Premier ministre néerlandais Mark Rutte démissionne

Des milliards à dépenser ? Ces secteurs dans lesquels l'État doit investir pour redresser le pays

Branle-bas de combat dans le golfe arabo-persique à deux semaines de l'investiture de Biden