Pays-Bas : Carlos Ghosn condamné à rembourser 5 millions d'euros à Nissan-Mitsubishi

·1 min de lecture

Ce jeudi 20 mai, la justice néerlandaise a condamné Carlos Ghosn à rembourser 5 millions d'euros à Nissan-Mitsubishi. La procédure fut enclenchée par l'ancien patron qui estimait être victime de licenciement abusif, après son arrestation au Japon en novembre 2018.

Revers pour Carlos Ghosn. L'ancien patron de Nissan-Mitsubishi a été condamné par la justice néerlandaise à rembourser 5 millions d'euros de rémunérations à l'alliance. L'ex-PDG avait lui même intenté cette action en justice, contestant son licenciement de Nissan survenu quelques jours après son arrestation en novembre 2018. Pour ce qu'il estimait être un licenciement illégal, il demandait 15 millions d'euros de compensations.Arroseur arroséPour le tribunal d'Amsterdam, il n'y avait aucun contrat liant Carlos Ghosn à l'entreprise. Dans un communiqué, la justice néerlandaise a affirmé qu'" il manquait la permission nécessaire du conseil d'administration ".Le précédent contrat, commencé en juillet 2012, avait expiré en avril 2018. De fait, Carlos Ghosn doit rembourser les sommes perçues entre avril et novembre 2018, date à laquelle il fut arrêté à Tokyo, soit 5 millions d'euros.Premier acteC'est l'une des toutes premières décisions qui intervient dans le dossier Carlos Ghosn. Au Japon, l'ancien patron était poursuivi pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières et abus de confiance aggravé.Après sa fuite du Japon le 29 décembre 2019, c'est son bras droit, Greg Kelly, qui fait face à la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Pays basque : les agriculteurs en deuil rendent hommage à Michel Berhocoïrigoin

Dix ans après l'affaire DSK, les théoriciens du complot font profil bas

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes