Pavel Filatiev, soldat russe transfuge, demande l’asile à la France

Capture d’écran / Gulagu.net sur Youtube

“J’aime la Russie et j’aime les Russes. Mais Poutine n’est pas la Russie. Poutine, va te faire f****e.” C’est avec ces mots qu’a débarqué en France, le dimanche 28 août, Pavel Filatiev, ce parachutiste blessé en Ukraine avant de livrer un vibrant témoignage sur la guerre et la gabegie régnant dans l’armée russe. Intitulé ZOV, littéralement “Appel à l’aide”, son ouvrage autoédité est aussi un clin d’œil aux signes distinctifs arborés par les différentes unités russes en Ukraine (“Z”, “O” et “V”). Le livre avait attiré l’attention des médias russes en exil.

Depuis, Pavel Filatiev, qui a fait défection de l’armée, a vécu presque un mois en cavale avant d’être “exfiltré” de Russie par l’équipe de lanceurs d’alerte et de défenseurs des droits humains de Gulagu.net, emmenée par Vladimir Ossetchkine. C’est ce dernier qui a annoncé l’arrivée de l’ancien soldat à l’aéroport Charles de Gaulle, à Paris, en publiant des vidéos sur le web. On y voit Pavel Filatiev déchirer, dans les toilettes de l’aéroport, ses papiers d’identité russes, ainsi que son livret militaire et son attestation d’ancien combattant (il a combattu trois ans en Tchétchénie).

Dans des propos empreints d’émotion et ponctués de jurons, ce militaire de carrière de 34 ans, qui se définit avant tout comme un “patriote”, explique avoir voulu quitter un pays où “la vie humaine ne vaut rien”. Un pays qu’il a voulu “servir”, auquel il a voulu être “utile”, avant de se rendre compte qu’on lui avait “lavé le cerveau”. Dans son ouvrage, il raconte en détail son quotidien de soldat d’élite transformé en chair à canon en Ukraine, et dénonce l’impréparation et l’incurie de ses supérieurs.

Selon Vladimir Ossetchkine, l’ancien membre des troupes aéroportées russes compte demander l’asile politique aux autorités françaises, une démarche dans laquelle il sera assisté par l’avocate d’origine russe Kamalia Mehtiyeva. “Ce jeune homme courageux dénonce les horreurs de la guerre et risque sa vie pour agir en faveur de la paix. Il est de notre devoir de l’aider, lui et tous ceux qui passent du côté du bien et de la paix”, poursuit Vladimir Ossetchkine sur son profil Facebook.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :