Non, Paul Pogba ne quittera pas l'équipe de France

·2 min de lecture

Le milieu de terrain de l'équipe de France Paul Pogba a démenti l'information relayée par le tabloïd anglais «The Sun» d'un retrait de l'équipe de France suite au propos du président français Emmanuel Macron sur l'islam.

Le milieu français Paul Pogba a annoncé lundi qu'il allait porter plainte contre les médias qui ont véhiculé une rumeur concernant un retrait de l'équipe de France en signe de protestation contre de récents propos du président français Emmanuel Macron sur l'islam.

"Des informations absolument infondées à 100% circulent à mon sujet, affirmant des choses que je n'ai jamais dites ou pensées", a commenté le joueur de Manchester United sur son compte Instagram. "Je suis consterné, en colère, choqué et frustré que certaines +sources+ des médias se servent de moi pour faire des gros titres totalement faux sur le sujet très sensible des évènements en France en ajoutant l'équipe de France et ma religion dans le lot", a poursuivi le champion du Monde qui va "entamer des actions judiciaires contre les éditeurs et ceux qui répandent ces informations 100% fausses".

"Je suis contre tout forme de terrorisme ou de violence", a-t-il encore tenu à préciser.

Une plainte contre The Sun

Cette rumeur était née dans des médias en ligne au Proche-Orient, où les réactions ont été vives après que M. Macron a défendu les caricatures du prophète Mahomet au nom de la liberté d'expression lors de l'hommage national au professeur d'histoire Samuel Paty, décapité lors d'un attentat islamiste pour avoir montré les dessins en classe.

"Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent (...) Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons la laïcité", avait notamment déclaré le Président, s'adressant au professeur défunt.

Dimanche soir, The Sun - ciblé par le joueur qui écrit que le tabloïd, coutumier des titres racoleurs et des histoires tirées par les cheveux, "a remis ça" - avait relayé ces rumeurs(...)


Lire la suite sur Paris Match